catastrophe nucleaire

  • Sauve qui peut...

    Le gouvernement norvégien a rendu public vendredi les plans architecturaux de "l'Arche de Noé" végétale. Cette chambre forte est destinée à stocker l'ensemble des variétés de semences végétales existant sur notre planète en prévision de possibles catastrophes naturelles ou nucléaires. Elle sera construite sous le permafrost, à l'intérieur d'une montagne de l'archipel norvégien du Svalbard, au beau milieu de l'Arctique. Jusqu'à trois millions de semences, recueillis dans le monde entier, seront ainsi stockées dans deux pièces de 375 mètres carrés situées au bout d'un tunnel de 120 mètres et préservés à une température de -18 degrés Celcius. Dans chaque chambre, il y aura des rangées d'étagères métalliques sur lesquelles seront disposées des boîtes en plastique qui à leur tour contiendront les échantillons, rangés dans des emballages de polyéthylène et d'aluminium imperméables. Une porte triangulaire, faite d'acier et de ciment et illuminée par des œuvres d'art aux couleurs changeantes en fonction de la lumière, constituera l'entrée du lieu, sur le flanc de la montagne. "Nous avons pris en compte la hausse de la température (extérieure) et situé l'entrepôt si loin dans la roche qu'il sera dans le permafrost [sol gelé en permanence] et ne sera pas affecté" par les changements climatiques, a expliqué Magnus Bredeli Tveiten, responsable du projet à la Direction norvégienne des chantiers publics. Situé à environ 130 mètres au-dessus du niveau de la mer, l'entrepôt ne sera pas endommagé en cas de fonte des glaces du Groenland et, par conséquent, d'une hausse du niveau de la mer. Certains experts prédisent que l'eau pourrait monter de sept mètres. Il ne devrait pas non plus être affecté par une éventuelle fonte totale des glaces de l'Antarctique, un phénomène qui pourrait faire monter le niveau de la mer de 61 m selon certaines estimations. La chambre forte résistera également à l'élévation des températures.La première pierre a été posée en juin. La construction devrait commencer en mars. L'inauguration est prévue pour la fin de l'hiver 2008. Jean-Marie Prosperi, professeur à l'Ecole nationale supérieure agronomique de Montpellier et coordinateur des collections végétales de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra), avait nuancé l'intérêt d'un tel projet. Les semences ne pourront pas se conserver au-delà de 50 ans, avait-il pointé. Qui plus est, '"entre 30% et 50% des espèces ne sont pas conservables sous forme de semences dans la glace", dont les plantes tropicales, les arbres fruitiers et la vigne. La Norvège serait donc si pessimiste sur l'avenir de notre planète qu'elle bâti une arche de Noé végétale... Espérons qu'elle se trompe !