catalogue officiel

  • Bientôt, on devra acheter de l'air enregistré au catalogue officiel...

    Empêcher quiconque de planter des semences issues de la biodiversité mondiale, même si celles-ci ne sont pas inscrites dans le pseudo-catalogue officiel mis en place et imposé par les institutions internationales est un non-sens. C'est comme si on nous empêchait de respirer l'air qui nous entoure, en nous forçant à acheter de l'air, le seul qui soit enregistré, produit par une multinationale ! Même si celui qui nous entoure est meilleur et plus sain...

    Dominique Guillet, Président de l’Association Kokopelli, pose depuis sa création la bonne question : « Le catalogue officiel aurait-il été érigé non point pour la protection des jardiniers, mais pour la protection des intérêts financiers des grands groupes et multinationales qui ont racheté la quasi-totalité du secteur semencier depuis 40 années ? » 

    Il rêve d’une planète « avec des semences libres cultivées dans le respect de l'environnement, avec des enfants qui ne meurent plus de faim, avec des jardins et des champs, source de vie et de diversité. » Il conseille à ceux qui possèdent un jardin et aux petits cultivateurs indépendants de semer impérativement de plus en plus de semences interdites, de les donner, les échanger, et produire de jeunes plants de variétés interdites afin de les distribuer autour d’eux et aux pays les plus pauvres, sinon, dans quelques années, il n’y aura plus de semences libres, mais seulement des organismes génétiquement modifiés et des hybrides F1.

    « Résistons fertilement sinon, dans une dizaine d’années, le jardinage familial sera interdit pour cause d’homogénéisation : il sera devenu une activité à hauts risques bactérien et sociologique. » 

    PRODUCTIVITE est le mot-clé, utilisé par la Cour européenne dans l'arrêt condamnant Kokopelli, qui fait que ce raisonnement, qui dure depuis 50 ans, nous a conduits a perdre plus de 75 % de la biodiversité agricole européenne. De plus, cette biodiversité, qui existe depuis des siècles et a nourri tous les peuples européens, est soudain devenue dangereuse puisque la Cour a signalé à deux reprises que la législation permet d'éviter « la mise en terre de semences potentiellement NUISIBLES ». Il fallait oser  alors que les semences du Catalogue, enrobées des pesticides Cruiser, Gaucho Régent, et autres produits de la chimie, empoisonnent la biosphère et les populations depuis plus de cinquante ans !

    Décidément, rien ne va plus. Il faut réagir, boycotter les semenciers industriels et les fruits et légumes des grandes surfaces. Tournez-vous vers les petits producteurs bio et les variétés anciennes, goûtues et riches en nutriments, essentiels à une bonne santé. Et ne consommez que des légumes et des fruits de saison !