campagne

  • Dégustation du lundi (78)

    Petite retraite campagnarde et en famille, pour le Clos ce lundi. A l'apéro, en attendant les convives retardataires, un Anjou blanc 2006 en magnum d'Agnès et René Mosse, titrant 13,5°. Un nez oxydatif et une bouche ample et grasse, sur des notes oxydatives et d'alcool. Un peu mou. Pour suivre, le champagne offert aux épouses tolérant depuis plus de douze ans nos agapes du lundi... Champagne Dom Pérignon vintage 2000, barriqué sur du fût neuf, fumé, pas assez tendu, avec un manque de vivacité, et une seconde bouteille de Champagne Larmandier-Bernier "Terre de Vertus", en premier cru, au nez plus minéral et racé, et au fruité léger en bouche : il n'a pas l'ampleur ni l'intensité du premier.

    Suivi un Arena, Savennières 2007, d'Agnès et René Mosse, fruité, avec de l'acidité et des épices. Ce vin est tendu et beaucoup plus sympa que l'Anjou 2006. On attaqua les rouges avec un magnum Murmûres, Le Scarabée 2007, en Vin de Pays des Côtes Catalanes d'Isabelle Frère : belle mise en bouche, sur de la fraîcheur, malgré les 14° affichés. Le Château Pichon Comtesse de Longueville 96, Pauillac, qui suivi, présenta un nez boisé très jeune, sur des poivrons et des épices. La bouche, sur une magnifique matière et de beaux tannins, s'avéra fermée et pas encore fondue : débouchée trop tôt...

    Vînt, pour suivre, le magnum Château Haut-Brion 1986 en Pessac Léognan. Un millésime difficile et austère, et en plus radioactif (Tchernobyl) ! Lui aussi est encore trop jeune à boire : le bois doit se fondre et le fruit émerger...  On termina les rouges sur un Domaine de Gramenon, en Côte du Rhône 2006 "Cuvée A. Pascal", dont je n'ai plus trop de souvenirs. Par contre, la dernière bouteille, un liquoreux, retînt mon attention. Certains évoquaient un magnifique vin jeune du Jurançon, alors que d'autres juraient du contraire... Fort beau nez, frais, sur des abricots, avec une belle acidité qui porte le sucre. La bouche, fruitée, vivace, fraîche et intense : Maculan 2005 Torcolato, Breganze. Un vin liquoreux italien, porté aux nues par la Revue des Vins de France, et ramené de Venise. Très belle bouteille. Lundi prochain, les vins biodynamiques ! Tout un programme, en espérant prendre son pied. Qui vivra verra...

  • Le Lion de Waterloo en danger...

    Situé à côté de Bruxelles, le Champ de bataille de Waterloo a été conservé de façon presque intacte depuis 1815. Tous les 18 juin a lieu une grande reconstitution historique et tous les week-ends de l’été des animation militaires en costumes d’époque. Un grand site historique vivant. Monument commémoratif de la Bataille de Waterloo, la Butte du Lion marque l'endroit où le Prince d'Orange fut blessé. 226 marches mènent à son sommet d'où l'on jouit d'une vue splendide sur le site historique. Tout cela sera bientôt terminé : un projet de parc éolien à Baulers (9 éoliennes de 150 mètres de haut !) seront bien visibles et dénatureront ce site historique à tout jamais. L'enquête publique concernant ce projet se clôture le 27/10/2008. Que les amateurs de ce site magnifique, laissé intact depuis 193 ans, s'opposent au projet auprès du collège communal de Nivelles, Place Albert 1er, 1400 Nivelles. Attention : il ne reste que 15 jours. Sans opposition, le permis sera accordé. Terriens, il est temps d'agir...   Magnifique photo prise par Pedro CorreiaLion de Waterloo