cépage

  • Dégustation du lundi 245

    photo.JPG

    Encore une belle dégustation à l'aveugle ce lundi soir, à 5, avec un vin blanc et 6 vins rouges.

    On débuta avec un vin à la robe jaune pâle et au nez de cidre, de tarte tatin et d'anis étoilé. En bouche, c'est chaud avec de l'alcool, mais aussi avec une gentille petite acidité. On pense à un Chenin ou à un Sauvignon de Loire et on se trompe : Brave Margot, Le Bout du Monde, Vin de France 2013 d'Edouard Laffitte. On est en Languedoc, et ce n'est pas terrible...

    On passe aux rouges avec un premier flacon à la robe rubis et au nez boisé, poivré, complexe, sur un Gamay du sud. En bouche, la griotte du Pinot noir, du chocolat, du café, de l'acidité, le tout sur une belle longueur. On évoque la sévérité dans un travail accompli et mûr, sans boisé asséchant. Echezeaux Grand Cru 2008 du Domaine Rion & Fils. Un fort bel Echezeaux tout en finesse, par un petit vigneron.

    Le second rouge, à la robe plus foncée mais au disque marqué par l'évolution présente un fort beau nez de grand vin : pruneau, chocolat, épices, petites fraises, une note de cassis et un rien de réduction de Porto. Par contre, en bouche, c'est sec de chez sec, avec de l'astringence . Pas assez de fruits pour ce vin surboisé... On a le boisé bordelais, mais pas le cépage et personne ne trouve : Trévallon 2003 en Vin de Pays des Bouches du Rhône. Un millésime raté pour ce grand vin qui nous a tant comblé sur tous les autres millésimes dégustés.

    On poursuit avec un vin à la robe noire et plus jeune, et au nez sud et jeune également. La bouche est massive, mais fine et élégante aussi, sur des fruits noirs et mûrs qui restent frais (non confiturés). C'est top, fin et hyper-maîtrisé. Je suis sur un Madiran, d'autres en Roussillon, ou sur un Cornas. Le Jouet, Domaine des Enfants, en Vin de Pays des Côtes Catalanes à Maury. Pas de millésime noté, ni sur l'étiquette, ni sur le bouchon...

    Le suivant présente une robe pourpre foncée et un nez de Cabernet bordelais, avec une toute petite note de volatil en fin de nez. En bouche, c'est assez classique, pas fort sur le fruit, avec un côté mentholé/eucalyptus, sur des notes bordelaises, avec une belle attaque et une belle fraîcheur, puis des notes tertiaires de cuir et de boisé. Côté vieux vin qui ennuye un peu, et trop classique : Château Musar 2007 de Gaston Hochar à Ghazir au Liban.

    La sixième bouteille, à la robe noire, présente un nez monolithique de monocépage. En bouche, une attaque très longue, monocorde, sur décoction de cassis, toute en longueur, avec une belle fraîcheur malgré le soleil qu'on ressent, et un beau cassis en fin de bouche. Ce vin manque néanmoins d'aspérité et de structure. On pense à une Syrah pure en Biodynamie en 2011. A Cornas ? Non : Syrah 2011 de Stefano Americhi Vignaiolo in Cortona en Toscane, en agriculture biodynamique. 2011 sur l'étiquette et 2010 sur la contre-étiquette, allez savoir...

    Le dernier flacon de la soirée présente une robe noire et un nez crayeux qui fait plaisir. En bouche, un très beau fruit, très légèrement pétillant sur de la cerise, avec de beaux tannins. Certains évoquent un Cabernet Franc en Loire pour ce vin composé de 2% de Carignan, de 16% de Petite Syrah, et de 82 % de Zinfandel ! Ridge Lytton Springs 2011 Dry Creek Valley California.

    La suite des aventures du Clos lundi prochain. Si tout va bien.

     

  • Bandol demain... un vieux rêve.

    Heureux ! Cela faisait des années, même plus, que je souhaitais participer à la Fête du Millésime à Bandol, et cette fois-ci, mon rêve se réalise : j'y serai !

    Le Bandol rouge et moi, c'est une longue histoire d'amour qui a débuté il y a bien longtemps quand, lors d'une séjour professionnel à Nice, j'ai découvert en déjeunant sur une plage un Moulin des Costes du Domaine Bunan qui m'a plus que séduit.

    Il n'en fallu pas plus pour que je me rende illico-presto à La Part des Anges, en acheter quelques flacons. Olivier Labarde, le patron, me fit partager sa passion pour ces grands vins, qui quand ils sont bus au bon moment, peuvent vous procurer un plaisir proche du nirvana. C'est ainsi que j'ai découvert et acheté mes premiers Terrebrune, Lafran Veyrolles Longue Garde, Pibarnon et autres La Tour du Bon, Cuvée Saint-Féréol.

    C'est à ce moment aussi que j'ai commencé à délaisser les  grands Bordeaux, rendus imbuvables par le changement de vinification (osmose inverse et boisé pour plaire à Parker), et rendus inaccessibles par une hausse fulgurante des prix. J'avais désormais bien plus de plaisir à boire un bon Bandol qu'un soi-disant très bon Bordeaux.

    Je me rappellerai toute ma vie ce Terrebrune 1993 dégusté à l'Epuisette à Marseille : magnifique, parfait, 100% de plaisir. Mais il y a aussi La Bégude, Gros-Noré, JP Gaussen, Tempiers, Pradeaux et beaucoup d'autres...

    Ma cave, composée à l'époque de 95% de Bordeaux Grands Crus Classés est aujourd'hui composée de 60% de Bandols, 35% de Côtes du Rhône et 5% de vins du Languedoc. Plus une seule bouteille de Bordeaux, un vin qui désormais me semble manquer de fruits, trop boisé, asséchant en finale. Plaisir zéro, à quelques rares exceptions près.

    Je participerai donc à cette grande fête dimanche à Bandol, mais, cerise sur le gâteau et énorme privilège, je participerai également au Dîner des Vignerons de Bandol ce vendredi soir, lors duquel des dizaines de Bandols des années 2011 à 2003 seront servis, pour notre plus grand plaisir à tous. Un fameux week-end qui s'annonce fort bien...

     

    bandol,vins,mourvèdre,cépage,climat,terroir,dégustation,plaisir,partage


  • Dégustation du lundi 162

    Belle soirée à 4 pour cette nouvelle dégustation du lundi, avec un premier vin blanc à la robe paille et au beau nez de fleurs d'oranger et de miel. Par contre, en bouche, un étrange petit côté doucereux, avec du sucre résiduel que l'acidité ne porte pas et sans longueur : VindetabledeFrance, en vieilles vignes, de Gilles et Catherine Vergé. Pas terrible...

    On passe aux rouges avec un second flacon à la robe noire et au nez de cacao et de café, riche, et sur du fruit. Agréable surprise avec une bouche fine, sur du fruit, pas trop chargée et sans lourdeur. Un bon jus de Syrah, bien faite, pointu et droit, qui s'achève sur des notes épicées et poivrées : Cayas réserve 2006, Syrah du Valais de Jean-Paul Germanier. Décidément, ces Suisses sont assez forts !

    Troisième flacon, à la robe noire également, et au premier nez assez discret sur des fruits noirs. En bouche, pour ma part, une belle matière sur des fruits rouges et noirs, avec une belle fraîcheur et des tannins fins serrés. C'est moins boisé et moins vanillé que le précédent, mais plus chaud et plus serré. Riche et mûr, débordant de fruits (concentré de cassis), puis tannique en fin de bouche : Domaine Tempier, La Migoua 2008 en Bandol. Certainement bue trop tôt... Beau potentiel.

    On repasse aux blancs avec un quatrième flacon à la robe dorée et au nez de Sauternes, que j'aime bien. Hélas, en bouche, on est sur de la lourdeur, avec un manque d'acidité. Malgré le magnifique côté abricot, et l'amertume de la peau de l'abricot, nous ne sommes pas conquis. Et pourtant, c'est un vin rare et exceptionnel : un Sauternes 100% Sauvignon : Roussey Peyraguey Sauvignon de Sauternes 2004 de la Famille Déjean.

    On achève cette dégustation à l'aveugle avec un vin à la robe brune et au nez vineux, sur de la noix. En bouche, le raisin de Corinthe prédomine, avec une acidité incroyable, rafraîchissante. Nous ne découvrirons pas ce Tokaji Château Megyer 1983, 6 Puttonyos, d'Hongrie.

    C’est avec une tristesse solennelle que nous apprenons la disparition, la semaine passée, à 84 ans,  d’un de nos vignerons italiens préférés, Giuseppe Quintarelli, dont les vins magnifiques nous ont tant fait rêver. 

    Lundi prochain, Clos à 3. Qui vivra verra...