bruxelles

  • Que font nos gouvernements successifs avec la mobilité à Bruxelles ? C'est nul.

    Raz-le-bol de la gestion de la mobilité à Bruxelles : c'est archi-nul, depuis des décennies, tous gouvernements confondus. Des incapables. Sans vision, sans plan, sans stratégie. NUL.

    Je reviens d'un séjour à Budapest en Hongrie. Pas d'embouteillages, pas de problèmes de parking, tout est fluide, avec des feux synchronisés. La ville parfaite. 

    Comment est-ce possible dans une ville de 1.800.000 habitants, quasi le double de Bruxelles ?

    La réponse est très simple : un réseau dense de transports en communs (métro, bus et trams) avec des fréquences de passages élevées (toutes les 2 minutes). Donc, où que vous soyez, il y a une possibilité de transport en commun très proche et avec un temps d'attente fort réduit pour ne pas dire quasi nul.

    Les habitants n'ont donc plus besoin de leur voiture, ce qui dégage les rues et libère les emplacements de parkings. Et ce qui facilité l'accès de la capitale hongroise aux navetteurs. Simple, non ?

    A Bruxelles, on réduit les grandes artères, on supprime des parkings, on commande des nouveaux bus diesel polluants et des rames de trams (qui n'ont rien de futuriste), mais le réseau des transports public est nul. Tant qu'il me faudra 1H20 pour aller à Kinepolis, je n'utiliserai pas ce réseau.

    Alors Messieurs les Ministres, allez d'abord voir comment cela se passe dans les autres capitales. Et avant de prendre des décisions anti-voitures, anti-tunnels, anti-parkings et anti grands boulevards, mettez au point un réseau de transports en commun moderne(il n'y a pas que Van Hool !) et étendu, propre (bus à l'hydrogène), silencieux (écoutez les trams à Nice), à fréquence rapide et économique.

    Et, après cela seulement, faites ce que vous voulez avec la circulation automobile, nos boulevards, nos tunnels et les parkings. Mais pas avant !

  • La qualité de l'air à Bruxelles est déplorable...

    632 bruxellois meurent prématurément chaque année à cause de la pollution de l'air dans la capitale. Responsable ? Les particules ultrafines (inférieures à 0,1 micromètre), qui sont les plus toxiques pour l'être humain selon l'OMS.

    On a relevé 243.000 particules ultrafines par cm3 aux alentours de la Place Blyckaerts, et, au niveau de la petite ceinture, on est toujours au-dessus des 50.000 particules ultrafines par cm3, soit au-dessus des normes admissibles. C'est énorme.

     

    Bruxelles,capitale verte,pollution,diesel,particules fines et ultrafines,cancers

     

    Les membres de la plateforme citoyenne BXLairpropre qui prennent des mesures précises depuis pas mal de temps, ont demandé aux députés bruxellois d'agir : création de zones basses émissions, amélioration notoire des transports en communs, installation d'un péage urbain et mise en place d'une fiscalité réduisant les moteurs diesel, principaux émetteurs de particules ultrafines. Et surtout les Volkswagen, qui d'après ce que j'ai pu lire, émettent jusqu'à 40 fois plus de particules ultrafines que ce que la norme autorise...

    Notons quand même qu'il n'y a pas que les moteurs diesel qui produisent des particules fines : les moteurs à essence aussi, dans une moindre mesure, les feux ouverts aussi, et en général, toute combustion d'énergie fossile.

    Quant à tous ces valeureux cyclistes et joggeurs qui arpentent avec courage les rues et boulevards de notre belle capitale verte, je ne leur donnerai qu'un seul conseil : porter un masque anti-particules fines et ultrafines ! Il en va de votre santé...

     

    Bruxelles,capitale verte,pollution,diesel,particules fines et ultrafines,cancers

     

     

  • Las avions en direct au-dessus de Bruxelles : FlightRadar24...

    Belle application que ce FlightRadar24 qui vous montre en direct tous les avions dans votre région. Prenons Bruxelles, par exemple.

    On peut observer tous les avions en attente de décollage à Zaventem et suivre chacun d'entre-eux après le décollage. Alors qu'aujourd'hui il n'y a pas de vent (5 à 10 km/h selon météo Belgique), tous les décollages que j'ai pu observer passent au-dessus de Bruxelles. Tous.

    Ce qui est sympa aussi, c'est que vous pouvez identifier l'avion en question : modèle, compagnie aérienne, destination, mais aussi vitesse et altitude. Par exemple, quand ils survolent Woluwé, ils sont entre 754 mètres d'altitude (Jetair) et 1.100 mètres (Tunisair), les moteurs à fond la caisse : je ne vous dit pas le boucan infernal...

    A Nice, où l'aéroport est situé en pleine ville, il est interdit de survoler l'agglomération à moins de 2.000 mètres d'altitude. On comprend pourquoi. Et les avions qui survolent Nice sont entre 2.500 et 3.000 mètres d'altitude. A Bruxelles, pas de règlement de ce genre. Il serait grand temps que la Région bruxelloise prenne les chose en mains, sérieusement. Et évite à tous ses habitants ces nuisances sonores continues (alors que nous vivons dans une ville calme), qui portent atteinte à notre santé, à notre environnement et à notre bien-être.

    Quant aux Bruxellois, ne restez pas passifs : portez plainte au médiateur de l'aéroport, au premier ministre, au ministre de l'environnement, à votre parti politique préféré, etc... Faites vous entendre ! Sinon, rien ne bougera...

  • Bruxelles, quelle paisible petite ville provinciale...

    Il n'y a pas une autre ville au monde qui aura reçu, en 10 jours, la visite du Président des Etats-Unis pendant 2 jours, en même temps que celle du Secrétaire Général de l'OTAN, puis celle du Président Chinois, suivie de celle de 20 délégations africaines...

    De quoi secouer la quiétude de notre petit Bruxelles provincial, devenu par la force des choses et au fil des ans, la Capitale de l'Europe, et maintenant la Capitale du Monde !  

    Situation enviée par d'innombrables autres villes de la planète, où il ne se passe jamais rien. Profitons de cette aubaine, et de tous ces étrangers établis dans "notre Bruxelles", pour créer une société bruxelloise cosmopolite, avenante, ouverte, riche en événements culturels et en bonnes tables, où il fait bon vivre.

    Espaces verts entretenus, propreté, facilités de parking, Musée d'Art Moderne, grand centre commercial, grand stade, grandes salles de concert, clubs sportifs en suffisance et quartiers à l'architecture typique préservés et entretenus, tout comme quelques grands monuments à sortir de l'abandon comme notre magnifique Palais de Justice. Et amélioration drastique des transports en communs (non polluants) et des fréquences de passage.

    Fleurissons les jardins et les balcons, posons des ruches sur les toits ou aménageons-y des potagers. Et Bruxelles, avec ses innombrables terrasses, ses bons petits bistrots et ses grands restaurants sera la plus charmante des villes.

  • Vivaqua traite l'eau bruxelloise avec du sulfate d'alumine...

    Et voilà pourquoi on en retrouve dans l'eau du robinet distribuée à Bruxelles. Certes, à faibles doses, mais qui s'ajoutent à toutes les autres, qu'on retrouve, soit, dans l'alimentation (E520 dans pain blanc, viennoiseries, lait, biscuits, etc...), soit dans d'autres produits (dentifrice, déodorants, vaccins, etc...).

    Au total, nul ne sait dire quelle est la dose journalière absorbée. Si certains effets liés à une exposition chronique à l’aluminium peuvent être actuellement considérés comme avérés (encéphalopathie, troubles psychomoteurs, atteinte du tissu osseux sous forme d’ostéomalacie et atteinte du système hématopoïétique sous la forme d’une anémie hypochrome), il apparaît que pour d’autres effets initialement suspectés (c’est le cas de la maladie d’Alzheimer), on ne soit pas tout à fait sûrs.

    Il n'empêche que les analyses des cerveaux des patients décédés de la maladie d'Alzheimer démontrent que de fortes concentrations de sulfates d'aluminium y sont présentes. Et on sait également que l'aluminium non éliminé par le corps remonte dans le cerveau et bloque des liaisons entre neurones, provoquant ainsi des pertes de mémoires.

    Conclusion : au moins on en absorbe, au mieux c'est. Les produits bio n'en contiennent pas, l'eau de source non plus. Pour les cosmétiques, il faut vérifier. Et pour les vaccins, il faut refuser cet adjuvant. D'autres adjuvants existent, et sont eux, tout à fait inoffensifs.

    Quant à l'eau du robinet, Vivaqua pourrait utiliser un sulfate de fer, même si ce traitement tout à fait inoffensif colore légèrement l'eau. Je préfère boire une eau saine légèrement colorée qu'une eau limpide qui tue...

  • Bruxelles (im)mobilité...

    Ils font tout pour restreindre la mobilité à Bruxelles, pour transformer la capitale de l'Europe en une petite ville de province. 

    Les grandes artères présentes dans la capitale sont réduites partout à 2 bandes, voire à une seule (Boulevard du Souverain) ! Des limitations de vitesse toujours plus contraignantes, des ronds points, des casse-vitesse, des bacs à plantes finiront de les transformer en ruelles villageoises..., sans parler des feux non synchronisés.

    J'habitais à 8 minutes du bureau. Aujourd'hui j'habite à 30 minutes du bureau. Pourtant, c'est toujours le même appartement et le même bureau ! C'est juste Bruxelles Mobilité qui a aménagé les voiries sur le parcours... pour la mobilité... Et hier, j'ai mis 2 heures !

    On annonce depuis 3 jours 5 malheureux petits cm de neige pour ce vendredi après-midi. Vous croyez qu'ils font quelque chose ? Qu'ils anticipent ? Qu'ils font leur boulot ? Rien ! Débrouillez-vous. Et les infos parlent de "subites" chutes de neige qui ont paralysé le réseau routier... Un scandale ! Alors que le service d'épandage bruxellois est bien équipé et les réserves de sel au maximum...

    Un tel événement coûte bien plus cher qu'une journée de grève nationale, et est beaucoup plus dommageable au niveau environnement. Le ministre de la mobilité devrait être démis de ses fonctions, depuis longtemps d'ailleurs...

    A quand de beaux boulevards dégagés, des parkings en suffisance, des transports en communs non-polluants, sécurisés et à rotation rapide ? Le statut de Bruxelles impose tout cela et c'est le contraire que Bruxelles-Mobilité met en oeuvre, depuis des années. Comme si quelques politiciens voulaient étouffer la ville et y rendre la mobilité infernale...

  • Bruxelles : trop de particules fines dans l'air...

    Les stations de Herstal et de Haren ont déjà dépassé le quota annuel autorisé de jours avec des concentrations de particules fines PM10, selon un article paru dans La Libre de ce samedi.

    Alors que l'Europe ne tolère, sur une année, que 35 jours de dépassement du seuil de 50 µg/m3, la station liégeoise en est à 49 jours et la bruxelloise à 41, après un trimestre écoulé en 2011, indique vendredi le Cellule Interrégionale de l'Environnement (CELINE-IRCEL). Sur ces cinq dernières années, le nombre de dépassements de la norme de 50 microgrammes n'a jamais été aussi élevé après trois mois qu'en 2011.

    Outre ces deux stations, plusieurs autres ont déjà dépassé le cap des 30 jours et ne devraient donc pas tarder à être également dans le rouge.

    "La Belgique a déjà reçu deux avertissements de la Cour européenne de Justice de la Commission européenne en 2009 et en 2010. Le pays était appelé à prendre des mesures, ce qu'il a fait. Il est cependant probable que la Commission européenne juge ces mesures insuffisantes et transmette le dossier belge à la Cour de Justice", explique M. Brasseur.

    La CELINE a par ailleurs indiqué que les particules fines ne constituaient pas le seul souci pour l'environnement actuellement. "Les concentrations en dioxyde d'azote (NO2), un polluant rencontré essentiellement en zone urbaine, posent également problème", poursuit Olivier Brasseur. A Bruxelles, l'an dernier, cinq stations sur dix ont dépassé la norme autorisée de 40µg/m3 en moyenne annuelle, une situation qui pourrait déclencher une autre procédure européenne à l'encontre de la Belgique.

    L'augmentation des taux de particules fines dans l'air est facteur de risques sanitaires (maladies cardiovasculaires, altération des fonctions pulmonaires, cancer du poumon et diminution de l'espérance de vie).

    Les nanoparticules ne sont pas suivies ou très mal mesurées, mais elles pourraient avoir des impacts similaires ou plus graves. On en trouve par exemple des taux élevés dans les tunnels routiers.

    40% de ces particules sont émises par les véhicules diesel, 30% par les industries, et le reste par des foyers au bois (votre bon vieux feu ouvert), les activités agricoles et les avions.

    Aucune solution (on doit bien respirer...), si ce n'est de couper votre ventilation quand vous êtes dans les embouteillages ou dans les tunnels. Et de couper votre moteur quand vous êtes à l'arrêt. Quant aux cyclistes, je ne pense vraiment pas que ce soit un bon plan d'utiliser ce mode de déplacement sur les axes embouteillés...

  • Vols annulés : quel bonheur !

    Cela doit bien faire 10 ans que je n'ai vécu un samedi matin aussi calme, sans être réveillé par ces dizaines d'avions décollant de Zaventem et survolant, évidemment, Bruxelles pour la plus grande joie de ces habitants !

    Sont annulés, ce samedi matin, les vols de 03H15 vers Sharm El Sheik et 03H20 vers Oujda, ceux de 4H50 vers Marakech et 5H50 pour Bodrum et Tenerife, puis la série infernale qui réveille tout à fait la moitié de Bruxelles : 5H55 Alicante et Malaga, 6H00 Bodrum et Djerba, 6H10 Santa Cruz, 6H15 Rome, 6H25 Amsterdam, Turin, Venise, et 6H30 Barcelone, Lisbonne, Malaga, Nice, Palerme et Paris. C'est en général à cette heure-là que vous vous levez, vu l'impossibilité de se rendormir..., d'autant plus que vous savez qu'une autre quinzaine d'avions bruyants suivent dans l'heure qui suit ! 

    Ce matin, rien ! Le calme absolu. Un luxe (provisoire) qui nous permet, sereins, de profiter du chant des oiseaux et de la quiétude normale d'un samedi matin.

    C'est à ce moment qu'on réalise à quel point le survol de Bruxelles par les avions de Zaventem est empoisonnant, et transforme notre belle ville en un endroit bruyant, pollué et invivable. Un scandale politique, je vous le dis ! 

    Et gare au premier avion qui décollera : ses moteurs vont s'arrêter (à cause des poussières volcaniques) et il tombera comme une pierre sur notre belle ville... Mais d'ici-là, on devrait encore avoir, au moins, 12 bonnes heures de calme : profitons-en !

     

  • Ooooh, les belles olives...

    Et voilà, c'est fait ! Je viens de récolter les magnifiques olives des 2 oliviers plantés sur la terrasse. Jamais, en dix ans, je n'ai vu une telle quantité d'olives, et de si belles tailles. Après la floraison, toujours abondante, seule une vingtaine d'olives de type niçoise arrivait à maturité. Un peu peu, mais je suis déjà habitué avec la vigne. Alors ça va : on s'y fait. Cette année, sans en connaître la raison, c'est la profusion : des niçoises, des grosses rondes comme en Grèce, des ovales,  des vertes, des violettes et des noires ; on se croirait sur un marché provençal ! J'ai donc préparé une saumure dans les règles de l'art - de l'eau avec un PH de 7 et 10% de sel - et ai noyé mes trésors méditerranéens dans ce liquide, pour un an au moins. En octobre 2009, nous devrions déguster cette fantastique récolte 2008 d'olives bruxelloises. Je vous le dis : il y a quelque chose qui ne tourne plus rond sur cette planète. L'année prochaine, je me lance dans l'ananas...

  • Ars Vinorum, Sheltema et Belga Queen...

    Mon avis sur 3 restos essayés récemment. Ce midi, déjeuner à l'Ars Vinorum, Rue de la Reinette à Bruxelles (perpendiculaire à la Rue de Namur) : petit resto italien très sympa, tout en simplicité, mais avec de fort bons produits et une magnifique carte de vins italiens à petits prix. Superbes antipasti, risotto aux cèpes à mourir, Nebbiolo très convenable à 18 euros, sans oublier les délicieux desserts typiquement italiens. A recommander. Le second, le Sheltema, représentait pour moi la meilleure maison de l'Ilot Sacré. Ce n'est plus le cas. Croquettes de crevettes fort décevantes (croûte molle et trop épaisse, et farce bisquée effaçant toute la finesse de la crevette grise). Raie meunière ridiculement petite et fine, et me semblant avoir été surgelée : où sont ces belles raies bouclées au filet épais et blanc, et au goût si fin? Pas là en tout cas ! Et quand vous demandez ce qu'est le "Blanc de Turbot" à la carte, le garçon vous répond que ce sont des chutes de turbot ! A ce prix-là, ils ne vont pas en vendre des masses... Le troisième, toujours égal à lui-même : le Belga Queen. Lunch à 16 euros avec un superbe et copieux tartare de saumon en entrée, et un fort beau filet de Colin en plat sur une purée de rattes et ses petits légumes. Vraiment bon. Seul souci, le prix du vin au verre. Mais quand on aime, on ne compte pas, c'est bien connu.

  • Le Bistrot du Mail

    Fort agréable soirée au Bistrot du Mail, où le jeune chef Stéphane Lefèvre s’amuse à faire pétiller les saveurs dans une quête de l’originalité et du goût. Nous avons débuté, après 2 petites dégustations originales, avec un "Carpaccio de langoustines et chutney de cerises et gingembre effilochée de King crabe au shizo rouge" et des "Noix de Saint Jacques rôties au citron vert, voile de pomme verte et chantilly de chèvre, mousseline de patate douce passion". Ces 2 entrées étaient magnifiques, très bien présentées, goûteuses et fort bien équilibrées : le paradis ! Pour suivre, "Tronçon de turbot de Noirmoutier, polenta moelleuse aux shi-take et pecorino, mesclun de salades et jus de viande serré" et une "Galette de ris de veau et foie gras de canard poêlé, crème de lentilles du Puy à la sarriette, échalotes confites". Là aussi, des accords parfaits, et le respect du produit de terroir. Pour terminer, une "Classique dame blanche : glace vanille, crème fouettée et chocolat chaud manjari" tandis que j'optais pour une "Assiette de fromage de Charlie « la petite vache » pain aux noix et fruits séchés", pour terminer l'excellent Gigondas, aussi qualitatif que le Riesling pris en entrée. A ce sujet, le patron conseille vraiment bien les vins, et sort de sa cave des flacons non inscrits à la carte, peu onéreux et qui valent le détour. Quel plaisir ! Bref, un restaurant à conseiller vivement à tous les gastronomes.

  • Bruxelles, ils s'en foutent...

    Exceptionnellement, je ne peux m'empêcher de publier LA CHRONIQUE ÉCONOMIQUE D'AMID FALJAOUI, directeur général de Trends-tendances, à propos de la S.A. Belgique :"Peut-on comparer un pays comme la Belgique avec une société commerciale, en l'occurrence une société anonyme ? Rudy Aernoudt, l'économiste flamand bien connu, n'a pas hésité à le faire pour nos confrères du journal L'Echo. Et l'exercice est plutôt amusant. Premier point de différence entre une SA et la Belgique SA, c'est que dans le cas d'une société anonyme classique, il arrive que les cadres dirigeants veuillent racheter l'entreprise parce qu'ils croient dans son potentiel. Et cela, quitte à s'endetter. Les financiers appellent cela un management buy out. Dans le cas de la Belgique, il n'y aura, hélas, pas de management buy out. Pourquoi ? Parce que les cadres dirigeants de la SA Belgique, entendez le gouvernement actuel, a déjà annoncé qu'ils ne resteront pas au-delà de Pâques. Dans le cas de la Belgique SA, c'est encore pire, puisque son PDG, ou si vous préférez le Premier ministre, a déjà déclaré qu'il décomptait les jours qui le séparent d'ici au 23 mars ! Non seulement, Guy Verhofstadt ne veut pas rempiler, mais il a d'autres objectifs et notamment devenir président de la SA Union européenne. L'autre point de comparaison, c'est que la SA Belgique a ce qu'on appelle un CFO, un chief financial officer ou, en bon français, un directeur financier. Le problème, c'est que ce CFO, Didier Reynders, a déjà fait comprendre qu'il ne serait pas contre le fait de devenir le futur PDG. Par ailleurs, le nom du PDG est déjà connu et Yves Leterme, puisque c'est de lui dont il s'agit, a déjà été choisi par l'assemblée générale des actionnaires du 13 juin dernier ! Et pour ajouter à la confusion, il faut bien reconnaître que le futur PDG a malheureusement un défaut aux yeux de certains investisseurs : il est en effet l'otage d'un syndicat d'actionnaires nommé N-VA. Or ce syndicat d'actionnaires dispose d'une minorité de blocage et n'a qu'un seul but : dissoudre la SA Belgique ! Pour corser le tout, imaginez que cette SA Belgique, qui est donc à deux doigts d'être dissoute, dispose d'une marque mondialement connue : Bruxelles. On sait même ce qu'elle vaut : 540 milliards de dollars, c'est l'évaluation réalisée par un cabinet international. Le problème, c'est que tout le monde dans la SA Belgique s'en fout de Bruxelles. Pourtant en cas de dissolution de la SA, ces 540 milliards de dollars vont disparaître en fumée. Et ça, avouez que c'est encore plus scandaleux que les 5 milliards de perte de la Société Générale...". Voilà une jolie façon de faire comprendre la situation pourrie dans laquelle se trouvent les pauvres citoyens francophones du Royaume, et ce qu'on va déguster dans les 4 ans à venir... Je vous le disais ici en-dessous : on est mal barré ! Aaaah, si seulement les médecins d'Yves Leterme pouvaient lui administrer un traitement à base de morphine pour soigner ses varices à l'oesophage, il planerait et serait plus cool. Cela arrangerait peut-être les choses... On peut toujours rêver, non ? Une fleur d'iris en bouche. On peut délirer, non?

  • Terminé, les avions ?

    La Cour de Cassation a débouté hier le ministre fédéral Rennat Landuyt en donnant raison aux riverains bruxellois de l'aéroport. Elle a confirmé l'arrêt de la Cour d'appel de Bruxelles du 17 mars 2005, relatif à l'utilisation préférentielle de la fameuse piste 02 ! A la clé : une astreinte de 25.000 Euros par infraction ! Plus aucun recours n'est possible : c'est donc définitif ! La Cour de Cassation a estimé que le maintien de la situation actuelle causerait un préjudice majeur à la santé, la sécurité et le bien-être des riverains. Merci à l'Ubcna, Wake-up Kraainem et Awacss, les 3 associations de riverains à la base de cette victoire. Maintenant, il reste à voir comment la Flandre va réagir et comment vont réagir les riverains néerlandophones, bien qu'au niveau juridique, plus rien n'est possible...

  • L'IBGE, c'est quoi?

    L'IBGE, c'est l'administration de l'environnement et de l'énergie de la région de Bruxelles.Vous pouvez poser toute vos questions à info-environnement au 02/775 75 75.Celles concernant la qualité de l'air du jour (il y a un pollumètrre on line sur le site), la qualité de l'eau, l'inventaire des sols pollués (mon jardin est-il pollué ou puis-je cultiver des légumes? Plud de 50 % du sol bruxellois est pollué !), les nuisances sonores (l'IBGE gère la pose de sonomètres fixes à Bruxelles et édite des rapports, notamment sur le bruit causé par le survol de Bruxelles), la santé environnementale (l'effet de toutes ces pollutions sur la santé des individus), la gestion des déchets. En outre, l'IBGE propose des primes à ceux qui abandonnent l'usage de la voiture, organise des séminaires sur les énergies renouvelables et les économies d'énergies. Pas mal, non ?