bon moment

  • Dégustation du lundi 286

    IMG_0894.jpg

    Photo de la dégustation de lundi passé. Les commentaires des 2 dernières dégustations le week-end prochain, ainsi que celle de ce lundi.

  • Dégustation du lundi 248

    Elles se suivent et ne se ressemblent pas : nouvelle dégustation du Clos à 5, ce lundi soir, avec 4 blancs (ils veulent me tuer), un faux rouge (je veux les tuer) et 3 vrais rouges.

    Pour éviter d'être trop long, j'irai à l'essentiel dans les commentaires de dégustation. La robe est claire pour les 4 vins blancs : ce sera le seul point commun.

    Le premier offre un nez de pamplemousse qui fait penser à un Sauvignon de chez Dagueneau, bien que le second nez semble plus coincé. La bouche, toujours sur le pamplemousse, est très verte sur l'acidité. Belle vivacité et côté salin qui donne envie de boire : Blanc Fumé de Pouilly 2010 du Domaine Didier Dagueneau. Celui qui avait dit qu'il passerait sous la table dans sa longueur si c'était un Dagueneau l'a fait, en jurant sur Benjamin.

    Le second présente un nez de Gueuze, et certains pensent à un Savagnin de Ganevat, alors que moi je suis en Loire sur du Chenin. La bouche est perlante, assez tendue, avec une belle amertume : Chenin "Les Noëls de Montbenault" 2010 en vin de France (Anjou), déjà dégusté la semaine passée. Il nous a semblé plus fumé et moins minéral, avec un peu de foin. Comme quoi, d'une semaine à l'autre...

    Le troisième, avec son nez ouvert, frais et plaisant sur des pâtes de fruits est fort aromatique. En bouche, c'est huileux, un peu lourd, avec un manque d'acidité. Mais c'est long, sur des lychees et des bonbons au miel, et de l'alcool, mais sans chaleur : Quartz 2012 du Domaine des Ardoisières, Allobroges IGP dans le Cervin en Savoie. Un vignoble reconstitué en 1998 sur des pentes à 70% pour faire un vrai vin savoyard, comme autrefois... Les petites cuvées du Domaine sont plus vives.

     

    ardoisières.jpg

    Le quatrième et dernier blanc présente un nez classique de Chardonnay, sur de l'élevage et du citron, avec une fort belle bouche, avec de la tension, de la fraîcheur sur des agrumes : c'est un super Chardonnay fait par un tout grand vigneron. Puligny Montrachet 1er Cru Les Referts 2011 en Grand vin de Bourgogne par Arnaud Ante dont on avait beaucoup moins apprécié le Meursault 2011 la semaine passée. Ce vin, produit à 623 bouteilles, est incontestablement une toute grande bouteille.

    On passe aux rouges, et 20 novembre oblige, j'ai décidé de proposer comme mise en bouche un Beaujolais nouveau. Ce vin, vraiment décrit comme magnifique et sur le fruit par le caviste qui me l'a vendu, suite à ma demande d'un tout bon Beaujolais, ne restera pas dans nos mémoires (comme le caviste, d'ailleurs). Nez de banane, bouche de banane : tout ce qui a dénaturé le Beaujolais est dans cette bouteille... On ne l'a jamais bu, mais on a déjà vu des japonais se baigner dedans : Beaujolais Villages Nouveau 2014 du Château de Durette.

    Reste 3 vrais rouges, et les choses sérieuses peuvent commencer :

    Le premier, à la robe foncée, présente un nez de vin nature, avec une petite réduction, assez complexe. En bouche, un côté fumé, soyeux, délicat et gourmand, sur du noyau de cerises. On part dans tous les sens, tant ce vin fait voyager : je suis sur un vrai Gamay, d'autres sur un Pinot noir et d'autres encore sur une Syrah poivrée...Trousseau Amphore 2013 de Bénédicte et Stéphane Tissot en Arbois. Après une heure d'aération, arrivent des notes de bourgeons de sapin alpin.

    Le second, à la robe noire, a un nez séduisant, doux et frais. Je ne sais plus pourquoi j'ai noté "tirer sur un lapin en plein vol"... En bouche, c'est riche et exubérant, très sanguin, magnifiquement rond, avec une fort belle attaque de Grenache, de la gourmandise et de la finesse dans la chaleur de l'alcool. Domaine de la Janasse "Chaupin" 2010 en Châteauneuf-du-Pape. 15°5 quand même...

    Le troisième rouge et huitième flacon de la soirée présente également une robe noire et un nez mûr, concentré, avec un peu de boisé. En bouche, le fruit reste frais même s'il est confituré. C'est propre, lisse et bien fait : Une Autre Route "J'ai mauvaise réputation" 2011 en Corbières. La suite lundi prochain.

     

    ph 1.png

     

     

     

     

  • Interdiction des apéros Facebook...

    Et voilà, on y arrive : interdiction des apéros facebook ! Un jeune se tue en tombant d'un pont en rentrant chez lui et c'est le prétexte utilisé par les autorités pour interdire tout rassemblement, et toute possession de boissons alcoolisées sur la voie publique !

    Pourquoi ne pas interdire alors toute consommation d'alcool en groupe dans les boîtes (il y a des morts chaque week-end), toute consommation d'alcool lors des réveillons, des mariages, des soirées anniversaire, des TD, ou plus simplement, des soirées tout court !

    Et, tant qu'on y est, interdisons la consommation d'alcool tout court : interdiction formelle de vendre bières, vins, alcools, champagne, cidre sous peine d'incarcération ! On fermera les cafés, bistrots, brasseries, bars à vins, bars de clubs sportifs, restaurants, dancings et le problème sera réglé !

    Seul hic, la perte de quelques milliards d'euro d'accises et de taxes perdues par le gouvernement, et la contrebande qui risque de s'organiser bien vite. Et que faire de ces millions d'hectolitres de jus de raisin que les vignobles français seront obligés de produire et dont personne ne voudra (sauf peut-être pour le jus de raisin "Cheval Blanc" qui devrait trouver quelques amateurs nostalgiques).

    La liberté s'arrête où commence celle des autres. Tant que ces apéros géants, bon enfant, ne gênent personne, et même si quelques uns exagèrent un peu sur l'alcool (comme dans toute soirée), il n'y a aucune raison d'interdire de tels événements. Cela ne tient pas la route. On est encore en démocratie, ou plus du tout ?