bien-etre

  • Les jeunes ne bougent plus, ils se vautrent...

    L'étude rendue publique le 12 juin par l'Irmes (Institut de recherche biomédicale et d'épidémiologie du sport) est de celles qui vous plongent dans un abîme de perplexité. De ces recherches menées auprès de 1 100 personnes équipées d'un podomètre, il ressort que le niveau d'activité physique des 18-24 ans approche celui d'un panda. Attention, il ne s'agit pas de sport - malheureux ! - mais tout simplement de se mouvoir.

    Chaque jour, les 18-24 ans effectuent 7 277 pas (et encore, on leur a réclamé trois fois d'aller ranger leur pot de Nutella dans la cuisine) contre une moyenne de 8 184 pour l'ensemble de la population. Les juniors bougent à peu près autant que leurs grands-parents (7 136 pas pour les 65-75 ans) et bien moins que leurs parents !

    C'est donc officiel : la couch potato ("patate de canapé") made in USA, scotchée à l'écran de son ordinateur, a traversé l'Atlantique. Le spectacle de cette génération littéralement atterrée devrait inciter les publicitaires à réviser les poncifs du jeunisme qu'ils nous servent à longueur de spots.

    Quant aux revues pour troisième âge, elles devraient assumer leur lectorat et cesser de mettre à la "une" des quadragénaires. Pourtant, le premier moment de stupeur passé, cette statistique mérite peut-être d'autres lectures. D'abord, le problème est général. Le niveau d'activité recule pour tout le monde et 75 % des Français n'atteignent pas les 10 000 pas par jour, seuil jugé souhaitable.

    Et puis, demandons-nous ce qui pourrait bien pousser les 18-24 ans à se lever comme un seul homme. La société française, dont plusieurs chercheurs pointent qu'elle fait exploser les inégalités de générations, les amène plus souvent à faire les cent pas dans l'attente d'hypothétiques employeurs qu'à s'élancer à petite foulée vers une prometteuse carrière professionnelle. De quoi, parfois, avoir envie d'aller se recoucher. Article de  Jean-Michel Normand dans le magazine du Monde de ce week-end.

    Constat accablant de ces jeunes qui passent du canapé à la voiture, de la chaise de l'école à celle de leur chambre, puis au lit. Ils vivent comme nos petits vieux et ne se bougent plus... Heureusement, pour une minorité d'entre-eux, bénévoles dans des associations, membres de mouvements de jeunesse ou de clubs sportifs, la réalité est toute autre ! Un jeune doit se dépenser : il n'est pas fait pour, après une grasse matinée, se vautrer toute la journée dans un canapé à s'abrutir devant une télévision stupide ! Allez, les jeunes : debout et bougez-vous !

     

  • Comparatif des miels de lavande Bio...

    Miel de lavande de Gabriel Perronneau (logo Bio AB), provenant du Portugal et conditionné en France : agréable, aromatisé, mais fort sucré. Prix 15,75 euro le bocal de 500 grammes (Sequoia). Il exista aussi un miel de Lavande maritime dans lequel j'espérais retrouver des arômes d'iode, mais ce n'est pas le cas.

    Miel de Lavande de la Vallée du Célas dans les Hautes-Pyrénées de Ballot-Flurin (logo Bio AB) : beaucoup plus aromatique, plus crémeux (cristallisation fine) et moins sucré que le premier. Prix 16,39 euro le bocal de 500 grammes (Tan).

    Miel de lavande fabriqué pour Les Davids par Patrick Martin dans les environs de Carpentras (pas de logo : en conversion vers l'agriculture biologique) : une bombe d'arômes de lavande, un miel plus solide et plus lourd, mais d'une finesse incroyable en bouche. Moins sucré aussi que le premier. Prix 7,62 euro le bocal de 280 grammes (Tan).

    Miel de lavande de Gélibert Andrée dans le Var à Grimaud (logo Bio AB), un apiculteur chez qui nous nous approvisionnons depuis fort longtemps. Un miel vraiment délicieux. Prix (de mémoire) 7,5 euro le bocal de 500 grammes.

    Conclusions : Le miel (le vrai) devient rare et cher. La disparition des abeilles due aux produits phyto-sanitaires utilisés dans l'agriculture intensive en est une des raisons. Le fait de ne plus trouver de miel produit localement et de devoir le faire venir des pays voisins ou de l'autre bout du monde est une autre raison. Et pourtant, rien ne vaut ce vrai miel produit localement par un apiculteur que vous connaissez et qui respecte l'environnement, ses abeilles et son miel... Et, en plus, c'est moins cher.

  • Pourquoi ceux qui mangent Bio ne sont pas gros...

    Quel est le portrait des consommateurs réguliers de produits Bio?

    Ils ont un niveau plus élevé d’éducation et sont physiquement plus actifs, mais ont un niveau de revenus comparables aux non-consommateurs Bio.

    Ils mangent plus équilibré, en privilégiant les aliments considérés comme sains  : produits d’origine végétale et peu raffinés comme les fruits, les légumes, les légumes secs, les céréales complètes, les noix, les amandes, les noisettes…,… et  mangent moins d’aliments considérés comme peu sains : les  charcuteries (31% de moins), les boissons sucrées (hommes : 34% de moins ; femmes : 46% de moins) ou alcoolisées (hommes : 18% de moins ; femmes : 8% de moins) les produits des  »fast-food » (hommes: 22% de moins ;  femmes: 25% de moins).

    Résultats de ces choix alimentaires : leurs rations caloriques journalières sont comparables à celles des autres participants, mais leurs apports en vitamines, minéraux, oméga-3 et fibres sont supérieurs.

    Donc ils mangent autant, mais mieux ! Conséquences sur le poids :  ils sont moins souvent en surpoids (-36% pour les hommes, -42% pour les femmes) ou obèses (-62% et -48% respectivement). Pour les consommateurs occasionnels, les résultats en termes de surpoids sont intermédiaires entre ceux des consommateurs réguliers et des non-consommateurs.

    Les chercheurs soulèvent aussi un autre argument pour expliquer cette réduction de surpoids et d’obésité parmi les consommateurs de bio : le fait que ces aliments sont moins contaminés. « L’hypothèse d’une influence des pesticides sur le développement de l’obésité », une « corrélation » entre les deux phénomènes ont déjà soulignées dans des publications médicales, notent-ils dans la discussion de l’étude.

    Autre explication sur le poids sans surpoids : « A apport d’énergie pratiquement équivalent, les mangeurs de bio prennent plus de nutriments tels des polyphénols ou des bêta-carotènes qui ont des effets régulateurs sur la capacité du tissu adipeux à stocker des graisses », disent les chercheurs.

    Ce portrait du mangeur bio demande à être encore affiné. Un suivi est prévu sur encore 5 ans. L’étude Nutrinet-Santé recrute toujours de nouveaux Nutrinautes (+ de 18 ans). Inscrivez-vous sur le site  www.etude-nutrinet-sante.fr. (Source Conso-Globe).

     

     

  • Un challenge sur l'été indien : quelle drôle d'idée...

    Comment écrire un texte au sujet de l'été indien alors que dehors il fait sombre, froid, pluvieux et humide ? Comment s'imaginer dehors, sur une terrasse ensoleillée, caressé par un vent chaud, alors qu'on est calfeutré chez soi au pied d'un feu ouvert en espérant secrètement  une pizza 4 fromages pour le dîner ?

    Comment penser à l'été indien alors qu'on a déjà quasi pas eu d'été tout court ? Pour rappel, il a réellement commencé le 15 juillet... après 8 mois de froid, de pluie, d'absence de soleil et de plein d'autres choses désagréables à souhait.

    Pour moi, l'été indien, c'est  la chanson Le Sud de Nino Ferrer : "C´est un endroit qui ressemble à la Louisiane, à l'italie, Il y a du linge étendu sur la terrasse, et c´est joli. On dirait le Sud, le temps dure longtemps et la vie sûrement, plus d´un million d´années, et toujours en été".

    Il faut se rappeler certaines années où l'été s'est prolongé jusqu'en novembre, avec des températures ultra douces pour la saison et un ensoleillement maximum. Et espérer qu'après ces 2 mauvaises semaines (celle qui vient de passer et celle qui commence lundi), nous aurons droit à un petit sursis estival avant l'offensive hivernale et la chute des feuilles...

    Mais après vérifications auprès de mes sources météorologiques (météolaflèche.com), il devrait juste refaire beau et sec à partir du samedi 21 septembre pour au moins 10 jours. Mais tout devrait se gâter après, puisqu'on annonce un mois d'octobre pluvieux (+ 40% de pluie) et gris (- 20% de soleil), un mois de novembre pareil en plus froid et un mois de décembre encore plus humide (+50% de pluie/neige) et sombre... Janvier et février poursuivraient sur la même lancée, en plus agité, avant de retrouver une accalmie en Mars...

    Bref, on semble être reparti pour une cure de vitamines D, à défaut d'un bel été indien...

     

     

     

  • 44 heures d'été...

    Et voilà, c'est fini. Les premières 44 heures estivales que nous venons de connaître ce week-end marquent le début et la fin de notre été 2008 ! Ceux et celles qui voulaient bronzer en maillot sur la plage, ou se rouler nu dans l'herbe, ou photographier un grand ciel bleu  devaient le faire ce week-end ! Car dès demain, le thermomètre replonge et les perturbations et dépressions reviennent... On annonce quand même une hausse des températures entre le 10 et le 13 septembre, mais c'est tout ! Cet été couvert, frisquet et pluvieux ne fait pas le bonheur de nos vignes, ni de mes tomates oubliées plantées sur la terrasse, et qui ont du mal à mûrir... En 2007, on avait quand même eu droit à un superbe mois d'avril, et à un non moins superbe été indien... Cette année, rien ! Mais ne nous plaignons pas trop : nous ne sommes pas sur la route de Gustav, et nos nappes phréatiques sont pleines. Pleines d'iode radioactif.

  • Voilà l'été...

    Enfin, l'été est là. Avant, il faisait beau et puis, il pleuvait le 21 juillet. Dorénavant, il pleut jusqu'au 21 juillet, puis il fait beau ! Et comme l'été commence plus tard, il se termine plus tard également : septembre, octobre et novembre nous offriront un bel été indien ! On appelle cela le dérèglement climatique... Ceci dit, nous rentrons du vignoble, que nous avons taillé et traité, le mildiou ayant attaqué les jeunes pousses... Heureusement, le raisin n'est pas touché. Mais il va falloir surveiller ! Nous reprendrons nos dégustations du lundi dès lundi prochain, sous la canicule. Mes plants de tomates oubliées vont enfin pouvoir donner des fruits ! Le changement de taille de caractère permettra à tous les internautes qui me l'ont demandé,  d'enfin pouvoir lire les articles sans se fatiguer les yeux, skynet blogs le permettant dorénavant. On peut même mettre de la couleur ! Et des smiley's Cool ! Je vais pouvoir m'amuser ! A bientôt.