avion

  • Cela fait 60 ans qu'il n'y a plus eu aussi peu d'accidents d'avion !

    Alors que le trafic aérien augmente sans cesse, il est un fait assez remarquable à relever : il n'y a jamais eu aussi peu d'accidents d'avions qu'en 2017 ! Il faut en effet remonter à 1957 pour que ce record soit atteint.

    Or, en 1957, il y avait 20.000 avions civils à 4 vols par jour, soit 5000 avions en permanence dans le ciel, qui ont transportés  88 millions de passagers.

    En 2017, on parle de 4 milliards de passagers, et on pense même atteindre les 7,3 milliards de passagers en 2034 !

    13253.jpg

    Quel beau boulot au niveau de la fiabilité des avions, de l'excellence des entretiens, de la sécurité accrue au niveau des équipements et des aéroports, du travail sérieux des aiguilleurs du ciel, malgré cette augmentation constante du nombre de vols.

    Par contre, ce qui reste très inquiétant, c'est la pollution émise par tous ces avions qui sillonnent désormais le ciel de notre petite planète 24h/24. C'est tout aussi polluant que les voitures diesel (même carburant, sans filtres à particules...).Il serait temps de se pencher sur le problème...

    Voilà un beau challenge pour 2018 ! Bonne année à tous.

     

  • Soleil d'hiver et CO2...

    C'est décidé, je pars au soleil me recharger les batteries. Un rapide calcul sur le site de Climact montre que ce vol aller-retour dégagera 4,15 tonnes de CO2 (pour 2 passagers) ! La honte ! C'est plus que les 2,46 tonnes de CO2 dégagés par ma voiture en un an ! Faut donc compenser. CLIMACT participe, en Inde, au financement de l’installation d’un système de traitement des eaux usées qui permet la récupération du méthane, un puissant gaz à effet de serre, et son utilisation comme source d’énergie renouvelable. Ce système de traitement des eaux usées devrait permettre de réduire les émissions de 17 000 tonnes de CO2eq par an, ce qui représente les émissions de 4 000 vols aller/retour entre Bruxelles et Delhi. Il ne me reste plus qu'à investir 104 euros dans ce projet pour effacer l'empreinte CO2 de ces 4,15 Tonnes de CO2 pour ce voyage, et dormir la conscience tranquille... Mais vais-je le faire? Il vaudrait mieux que le prix de tous les vols soit majoré et comprenne d'office cette compensation CO2. Tous les voyageurs la paieraient et certains d'entre eux réfléchiraient peut-être plus avant de prendre l'avion et de polluer...