associations

  • Bon Bon Bof...

    Rentrons d'un dîner gastronomique chez Bon Bon, côté 18/20 par Gault et Millau dans la nouvelle édition du guide parue cette semaine. Et ce fût une grande déception. D'abord, pas de voiturier, et un parking privé fort mal indiqué dans un quartier infernal où trouver une place tient du miracle. Ensuite l'accueil, entre une serveuse portant des plats à table et un Maître d'hôtel coincé au téléphone, on est resté sur le carreau... Une fois installé, en guise d'apéro, un seul vin rouge au verre : un vin italien carafé, trop lourd, trop chaud et trop puissant. Sans pain à table. Arrive le tableau "Menu du marché", quasi imposé avec quelques variantes possibles, mais le même menu imposé pour la table. L'un aime la poisson, l'autre la viande : c'est foutu ! Bref, on a dû composer vaille que vaille : ravioles de thon rouge farcies de coquillages avec une émulsion de coquillages aux herbes. Composition assez fraîche, mais sans extase gustative. Langoustines bretonnes, surmontées d'un biscuit, style cramé, à l'encre de seiche, et petite salade de saison. Ok, bonnes langoustines, mais à nouveau, aucun équilibre. Et un biscuit peu appétissant. Turbot breton, rattes au vin jaune et au comté, épinards aux girolles et émulsion d'aubergines fumées. Plat totalement déséquilibré, dont les accompagnements n'apportent rien. Grande déception. Aucune symbiose, aucune longueur, aucune surprise. Pour terminer, la poire en fête : 4 préparations dont 2 goûtues et réussies valant le déplacement. Côté sommelier, de bons conseils avec cette Cuvée Saturne 2004 en Côtes du Roussillon d'Olivier Pithon (le frère de l'autre qui sévit en Loire), mais avec un nez de S02 et de réduction assez persistants, malgré l'aération. Sinon du fruit et de la finesse, sans boisé trop présent. Bref, incompréhension de cette cotation excessive dans les guides gastronomiques pour un repas coûteux, fort peu créatif, aux associations douteuses, et sans réel plaisir gastronomique, bien que les ingrédients soient de première qualité et à la cuisson parfaite. Dommage.