annecy

  • PCB et dioxine à la carte...

    Une étude commanditée par la CIPEL (Commission Internationale pour la Protection des Eaux du Léman) et le SILA (Syndicat Mixte du Lac d’Annecy) a révélé une forte pollution aux PCB dans les lacs alpins du Léman et d’Annecy. En effet, les populations d’omble chevalier, poisson sauvage d’eau douce, présentent une concentration en PCB 4 fois supérieure à la norme européenne. Le préfet de Haute-Savoie, interpellé par ce chiffre, a placé la région en état d’alerte et, par l’arrêté du 2 avril, a suspendu toute activité de pêche de l’espèce concernée. Mais si le phénomène venait à s’intensifier, le décret serait étendu à l’ensemble de la faune marine de ces sites. Des investigations complémentaires seront menées en ce sens afin de déterminer l’ampleur réelle de la contamination. Le corégone, la truite lacustre, le brochet et l’écrevisse feront ainsi l’objet de recherches approfondies, la perche venant clore cette liste de poissons classés à risque. Si l’omble chevalier est particulièrement vulnérable à cette forme de pollution, c’est en raison de son mode d’alimentation spécifique. Poisson des profondeurs, il se nourrit de petits mollusques, de larves d’insectes mais surtout de débris végétaux réceptionnant une grande part des résidus PCB déposés au sol. L’homme est tout autant menacé par cette pollution. Bio-accumulables, les PCB, ou polychlorobiphényles, ont la capacité de se fixer dans les graisses. Ainsi stockés, ils se transmettent à chaque étape de la chaîne alimentaire. Dans ces conditions, il est à prévoir que les individus les plus touchés seront les grands carnivores situés au sommet de la chaîne. Et si ces lacs de montagne sont si pollués, leur environnement terrestre doit l'être également. Ceci signifie que les gastronomes se rendant chez Marc Veyrat sur le lac d'Annecy, qui travaille les produits régionaux (les poissons et crustacés du lac, le bétail local qui se nourrit d'herbes, et les fameuses herbes sauvages qui ont fait sa renommée, cueillies au bord du lac) dépensent une fortune pour s'empoisonner joyeusement ! L'incinérateur d'Annecy, inauguré dans les années 80, doit certainement être le responsable de ce grand gâchis écologique, et gastronomique...