amis

  • Dégustation du lundi 206

    Et voilà la rentrée. Et celle du Clos aussi, avec une belle dégustation à l'aveugle au grand complet. Deux blancs et trois rouges, dégustés sur la terrasse, face au vignoble : le rêve.

    Le premier vin, à la robe jaune pâle présente un nez discret sur le miel. La bouche est sympa bien que l'attaque et la finale manquent d'acidité. On pense à la Provence et on est en Rhône : Foufoune 2011 en Crozes-Hermitage pour Les Champs Libres.

    Le second, à la robe plus claire, présente un nez lacté intéressant. En bouche, du raisin de Corinthe et des hydrocarbures qui font penser à l'Alsace, alors que d'autres partent sur un Dagueneau... Une bombe de complaisance, une belle blonde siliconée, un vin parfait : Neumeister Sauvignon Blanc Klausen 2008 Straden Südoststeiermark Osterreich. Un vin autrichien quoi.

    photo.JPG

    On passe aux rouges avec un vin à la robe rubis et au nez de biodynamie. En bouche, de la matière. Mais on ne trouve pas. On est en Pinot noir 100% dans cette Grande Cuvée (avec La Désirée) : Cheverny Les Ardilles 2011 d'Hervé Villemade en Vin de Val de Loire. Un peu trop extrait.

    Le quatrième vin présente une robe noire et un nez mûr et épicé, avec de la fraîcheur. La bouche est puissante, avec de belles matières, des petits grains fins, de la fraîcheur et de la longueur qui font penser à une Syrah septentrionale. Alors qu'on est en pur Cabernet Franc... : Carmenet 2010 en Vin de France de Catherine Cosse. C'est bluffant et magnifique, avec une fraîcheur époustouflante.

    On termine la soirée avec un dernier vin à la robe noire, lui aussi, et au nez très plaisant de noyaux de cerises et de mûres. En bouche, un très beau fruit, concentré, pur, avec du caractère. Juste un peu trop de bois en finale. A revoir dans 5 ans : La Maitairie du Clos 2010 en Pic Saint Loup. Un des meilleurs de l'appellation, si pas le meilleur.

    Le Clos migre à la campagne lundi prochain, pour accompagner quelques vrais vignerons dans des agapes dont eux seuls ont le secret.

  • Les déjeuners du dimanche (2)

    Le dimanche, journée de repos par excellence, surtout pendant la trêve du hockey, est la journée idéale pour se consacrer à la famille et à ses amis. J'en profite donc, depuis quelques temps déjà, pour aller déjeuner avec ce vieux Paul, toujours au même endroit, puisqu'il l'apprécie, histoire de le requinquer, ce qui semble fonctionner. Accompagné, pour la seconde fois consécutive, d'un célèbre vigneron-arbitre-vendeur de vins, c'est donc à 3 que nous eûmes l'immense privilège de partager ce fort sympathique repas, assez semblable à celui de dimanche passé au niveau des mets, et différent au niveau des vins : un Beaune, Clos Saint Landry 2004, en 1er Cru de chez Bouchard Père et fils pour commencer en blanc (assez jeune, fruité, ample et d'une belle longueur), et un Château Haut Brion 1993, Grand Cru Classé de Graves en Pessac Léognan pour finir en rouge (bien que sur un petit millésime, tout à fait autre chose que le 99 dégusté mercredi : un Haut Brion, sans toute la puissance des grandes années, mais tout en dentelle et en finesse, et d'une belle longueur). Bref, encore une très bon dimanche ! Et dire que demain, c'est déjà lundi, et que dans 7 jours, c'est de nouveau dimanche... Qu'est-ce que le temps file !