amiante

  • Un pavé dans la marre...

    Je vais lancer un petit pavé dans la marre : il paraîtrait que le Carrefour d'Auderghem (ancien GB à côté du Brico) est bourré d'amiante. Toute la structure du plafond en est couverte. Et comme dans ce genre de magasin on bricole à longueur d'année (montage de stands, modification de l'éclairage, suspension de pancartes ou de caméras, modification de l'air conditionné, etc.) on touche nécessairement à ce revêtement dangereux et des particules se dispersent dans l'air que les clients respirent... Ceci explique certainement le fait qu'ils aient construit un parking sur le toit sans s'appuyer sur les structures intérieures existantes, comme ils auraient pu le faire, mais en créant une nouvelle structure extérieure, autour du bâtiment existant, sans y toucher ! Ce n'est certes pas le seul bâtiment contenant encore de l'amiante à Bruxelles, mais je m'inquiète surtout du non-respect des procédures en cas de travaux intérieurs : les entreprises appelées à y travailler ne sont pas mises au courant de la situation, et pour peu que les ouvriers ignorent ce que c'est, on va au drame (non seulement pour eux, mais pour l'ensemble des personnes fréquentant le bâtiment) ! Je peux comprendre que désamianter ce bâtiment prendrait énomément de temps et provoquerait une perte énorme de chiffre d'affaire pour Carrefour, mais est-ce que la santé du personnel et de la clientèle ne devrait pas primer ? Et si les travaux ne sont pas envisagés, alors il faut au moins respecter les procédures légales et présenter l'inventaire des matériaux contenant de l'amiante à toute entreprise appelée sur les lieux afin qu'un maximum de précautions soient prises ! Ce qui n'est assurément pas le cas...

  • Fumée et particules...

    Voilà une étude française qui tombe au mieux pour les opposants à la cigarette : la qualité de l'air est "dangereuse" dans 42% des lieux publics en France à cause du tabac. Des relevés scientifiques indiquent que la France se situe au 6e plus mauvais rang derrière la Syrie, la Roumanie, le Liban, la Belgique et Singapour, selon cette étude du Centre international de recherche sur le cancer, basé à Lyon, et le Roswell Park Cancer Institute.L'enquête, menée dans 24 pays, a mesuré le nombre de particules fines principalement issues de la fumée de cigarette en suspension dans l'air de bars, restaurants, discothèques, mais aussi gares, aéroports, universités et hôpitaux. Le seuil de dangerosité de ces particules a été fixé à 250 microgrammes par m3 d'air, par l'agence américaine de protection environnementale. Dans 42,1% des 53 lieux testés en France, les mesures ont fait état d'un taux supérieur au seuil de dangerosité, avec un maximum de 2397 µg/m3 dans une discothèque parisienne. Mais ils oublient de dire que l'air est pollué par des milliers d'autres substances chimiques, et hautement cancérigènes, provenant des échappements, des industries, des incinérateurs, des plaquettes de freins (amiante), des traitements chimiques des champs, des aérosols, des produits ménagers, etc. Il est plus dangereux de rouler rue de la Loi fenêtre ouverte, que de fumer ! Donc, de toute façon on meurt : si pas du tabac, d'autres particules, pour lesquelles l'état ne fait rien pour en diminuer la concentration, soit parcequ'il se heurte aux lobbies industriels, soit parce que cela l'arrange ! Son but est quand même de nous faire travailler un maximum, puis de nous voir disparaître au plus vite pour ne pas devoir payer de pension (pourtant misérable)....