aluminium

  • Vivaqua traite l'eau bruxelloise avec du sulfate d'alumine...

    Et voilà pourquoi on en retrouve dans l'eau du robinet distribuée à Bruxelles. Certes, à faibles doses, mais qui s'ajoutent à toutes les autres, qu'on retrouve, soit, dans l'alimentation (E520 dans pain blanc, viennoiseries, lait, biscuits, etc...), soit dans d'autres produits (dentifrice, déodorants, vaccins, etc...).

    Au total, nul ne sait dire quelle est la dose journalière absorbée. Si certains effets liés à une exposition chronique à l’aluminium peuvent être actuellement considérés comme avérés (encéphalopathie, troubles psychomoteurs, atteinte du tissu osseux sous forme d’ostéomalacie et atteinte du système hématopoïétique sous la forme d’une anémie hypochrome), il apparaît que pour d’autres effets initialement suspectés (c’est le cas de la maladie d’Alzheimer), on ne soit pas tout à fait sûrs.

    Il n'empêche que les analyses des cerveaux des patients décédés de la maladie d'Alzheimer démontrent que de fortes concentrations de sulfates d'aluminium y sont présentes. Et on sait également que l'aluminium non éliminé par le corps remonte dans le cerveau et bloque des liaisons entre neurones, provoquant ainsi des pertes de mémoires.

    Conclusion : au moins on en absorbe, au mieux c'est. Les produits bio n'en contiennent pas, l'eau de source non plus. Pour les cosmétiques, il faut vérifier. Et pour les vaccins, il faut refuser cet adjuvant. D'autres adjuvants existent, et sont eux, tout à fait inoffensifs.

    Quant à l'eau du robinet, Vivaqua pourrait utiliser un sulfate de fer, même si ce traitement tout à fait inoffensif colore légèrement l'eau. Je préfère boire une eau saine légèrement colorée qu'une eau limpide qui tue...

  • Nocivité des capsules Nespresso...

    Cliché 2011-09-06 22-01-09.jpgQuand on examine une capsule Nespresso encore fumante de près, et qu'on observe la manière dont elle a été percée (ou déchiquetée) de toutes parts, sous pression et à chaud, il ne faut pas être savant pour se dire que des particules d'aluminium et d'autres de vernis se retrouvent dans votre tasse ! Avec tous les dangers que cela représente pour votre santé !
    Je serais curieux de faire analyser le contenu chimique d'une tasse de café Nespresso par un labo indépendant. Un cocktail explosif et nocif pour la santé, non seulement dû aux capsules elles-mêmes, mais aussi à la tasse plastifiée utilisée, sans parler de l'eau bourrée de phtalates et bisphénol A, si elle provient d'une bonbonne plastique, ou bourrée d'aluminium, de fluor, et de bien d'autres molécules chimiques, si elle provient du robinet... Un cocktail d'enfer qui prendra quelques années avant de se manifester dans votre corps sous la forme d'une maladie grave.
    Il est temps d'arrêter de faire confiance aux grandes multinationales agro-alimentaires qui usent de toute leur ingéniosité, de tout leur pouvoir de persuasion, pour vous faire avaler n'importe quoi, à n'importe quel prix.
    Il est temps de revenir aux anciennes façons de servir le café (le filtre métallique perforé, posé sur la tasse en porcelaine, dans lequel on pose une dose de café moulu en papier et de l'eau chaude qui s'écoule lentement, le vieux filtre Melita, ou, pour les cafés plus corsés, la cafetière en verre style Bodum, avec le piston métallique qui chasse le marc de café vers la base).
    Et il est grand temps d'éviter tout contact des aliments et des boisons avec l'aluminium et les plastiques : les dangers pour la santé humaine sont prouvés depuis belle lurette...

  • L'apathie de la masse somnolente...

    Les puissances financières colossales que constituent les industries chimiques et pharmaceutiques, et leur mainmise sur de multiples secteurs de l’activité économique de nombreux pays, assurent désormais leur suprématie sur l’ensemble des individus et des états, par une désinformation permanente du grand public, par le financement de leurs propres laboratoires de recherche et contrôle, et en « arrosant » certaines personnes dans les hautes sphères du pouvoir.

    Toutes ces mises en garde concernant les dangers de l'aluminium et du fluor pour la santé humaine sont restées lettre morte. 

    L’impact économique et sanitaire d’une confirmation des études citées dans l'article publié hier sur ce blog serait catastrophique. La pression des lobbys des industriels, tel que Pechiney, l’un des principaux producteurs français d’aluminium, et de la Lyonnaise des Eaux ou encore de Vivendi (ex-Générale des Eaux) explique la minimisation de l’étude par les différents ministères concernés.

    Pechiney est une entreprise dont la majeure partie du capital est détenue par des actionnaires institutionnels français (21,9%) et étrangers (48%), ainsi que Suez-Lyonnaise des Eaux (30% ; 30%), et Vivendi (24,5% ; 45,6%). La panique boursière qu’engendrerait une annonce négative confirmée sur les effets alarmants de l’aluminium sur la santé publique signerait probablement la mise à mort de ces grands groupes, de par la fuite des capitaux qu’elle provoquerait. 

    Mais Suez-Lyonnaise des Eaux est actionnaire à 34,5% de la chaîne de télévision M6 et à 25% de TPS. Vivendi possède 52,6% de Télé Monte Carlo et 34% de Canal +, qui possède lui-même 70% de Canal Satellite. Voilà démontrée la dangerosité que représente la prise de pouvoir médiatique par les grands groupes industriels.

    Le fluor est un des principaux dérivés de la fabrication de l’aluminium. Il a fallu rechercher des débouchés lucratifs à ces déchets fluorés. Le lobby industriel et financier a alors financé des études attestant l’innocuité des produits fluorés ainsi que leurs effets bénéfiques à faible dose qui ont été mis en valeur. Il en a été de même de l’aluminium.

    L’Express (n° 2482, février 1999), se veut rassurant quand il affirme sous la plume de Vincent Olivier : » Il faut être clair : on ne risque pas de mourir en buvant de l’eau du robinet « . Mais quel crédit accorder à un magazine sous la propriété de Havas, absorbée elle-même par la Compagnie Générale des Eaux (devenue Vivendi le 15 mai 1998). 

    Comment ne pas s’interroger sur la possibilité que la fluorisation généralisée ne soit qu’une forme de contrôle social, de par l’effet sédatif qu’elle engendre. Les intérêts en jeu dans cette affaire sont énormes, les effets sanitaires et psychiques ne le sont pas moins. 

    Le fait que l’utilisation du fluor et de l’aluminium ne cesse de se développer depuis les années 50, et cela dans l’indifférence générale malgré les nombreux avertissements lancés par des personnes qualifiées en la matière, prouve bien l’efficacité de l’effet annihilant du fluor sur l’esprit critique de tout à chacun. 

    Le maintient du statu quo grâce à la désinformation sur des sujets aussi importants alimente l’apathie de la masse somnolente, ce qui ne fait que servir les intérêts de ceux qui détiennent le pouvoir, qu’il soit économique ou politique.

    Réveillez-vous, indignez-vous et réagissons ! Il est temps de changer notre mode de vie, il est temps de se préoccuper des ingrédients de ce que nous avalons, il est temps de revenir à des choses plus naturelles et saines, et de ne plus faire confiance aux grandes multinationales qui dirigent la planète, polluent la terre entière, et empoisonnent l'humanité.

     

     

  • Attention à l'aluminium...

    Virginie Belle en interview : alerte sur l'aluminium qui nous empoisonne

    Livre alarmant sur un sujet pourtant connu depuis de longues années : la toxicité de l'aluminium. On le respire (particules dans l'air), on le mange (canettes, boîtes de conserves, ustensiles de cuisine en aluminium, barquettes alu et papier alu, capsules Nespresso, lait en poudre, dentifrice, etc...), on l'absorbe par voie cutanée (produits de beauté, déodorants, etc...) ou on nous l'injecte (47% des adjuvants des vaccins sont composés d'hydroxyde d'aluminium). 

    Des études de plus en plus nombreuses et récentes prouvent de façon irréfutable les dangers potentiels de la présence de cet aluminium présent dans le corps humain, qui passe très rapidement dans le sang et les os (déminéralisation), puis dans le cerveau où des dégâts irréversibles sont causés (pertes de mémoire par la destruction massive des neurones, problèmes de psychomotricité, accélération du processus de vieillissement du cerveau, cause plus que probable de la maladie d'Alzeimer).

    Les aliments non transformés (industriellement) renferment peu d'aluminium. Par contre, on le retrouve comme additif alimentaire (acidifiant, colorants, émulsifiant ou levant). E 520, E 521, E 522 et E 523 que l'on retrouve dans les préparations culinaires industrielles, les fruits et légumes confits, cristallisés ou glacés, et le E541 pour la génoiserie. Il y a aussi l E 554, E 555, E 556 et E 559 dans les denrées séchées en poudre (potages, purées, lait pour bébés ! ), le sel, les compléments alimentaires et les fromages industriels en tranches ou râpés.

    Il y a aussi pas mal d'aluminium dans l'eau du robinet : la plupart des stations de traitement d'eau utilisent de l'aluminium (sulfate d'alumine) pour capturer les particules argileuses en suspension, abondonnant une partie de celui-ci dans l'eau.Une étude a été menée sur 75 communes de la Gironde et de la Dordogne par des chercheurs de l'Inserm qui révèle que les communes délivrant une eau contenant plus de 100 ug d'aluminium par litre comptent deux fois plus de cas de démences dégénératives, en moyenne. 

    A éviter absolument : les produits cosmétiques, les déodorants et les dentifrices contenant de l'aluminium. C'est par la voie cutanée que l'aluminium pénètre le plus facilement dans notre corps.

    Enfin les vaccins, pour lesquels il est prouvé depuis 1995 le lien entre la présence d'aluminium dans un rappel diphtérie-tétanos et une forte production d'immunoglobulines E (IgE) chez les enfants. Or, les IgE sont des anticorps indésirables responsables d'environ la moitié des allergies humaines... Dans une étude publiée il y a deux ans, des chercheurs néo-zélandais comparent la fréquence des allergies chez 1265 enfants vaccinés dans leur prime enfance contre la diphtérie, la polio, le tétanos et la coqueluche (avec de l'aluminium comme adjuvant) et 23 enfants non vaccinés. A dix ans, 30% des enfants vaccinés avaient consulté un médecin pour des problèmes d'allergies, aucun parmi les enfants non vaccinés ! Sans parler de cet hydroxyde d'aluminium qui migre un peu plus tard vers le cerveau et y détruit nos neurones... 

    Abandonner l'aluminium provoquerait un manque à gagner énorme pour les multinationales agro-alimentaires et les multinationales pharmaceutiques. Ils préfèrent continuer de vous empoisonner, et puis d'essayer de vous soigner. C'est plus lucratif.

    Terriens, il est temps d'agir : boycottons l'aluminium sous toutes ses formes ! Il y va de votre santé et de la survie de vos neurones.