aesa

  • OMS pas fiable...

    Au chapître premier de la Constitution de l’OMS, Article 1 - BUT de l’OMS, il est écrit : “Le but de l’Organisation Mondiale de la Santé est d’amener tous les peuples au niveau de santé le plus élevé possible”.

    Seul problème : l’existence d’un accord contre-nature signé en 1959 entre l’OMS et l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), qui empêche l’OMS d’agir librement en faveur des populations contaminées par la radioactivité , puisque ce document prévoit notamment que l’OMS ne peut s’exprimer sur le nucléaire et ses conséquences sans l’aval de l’AIEA ! 

    Depuis la catastrophe de Tchernobyl, il est devenu évident que cet accord empêche les milieux médicaux de témoigner haut et clair sur les conséquences sanitaires à court et long terme de cette catastrophe globale. Les populations de la région de Tchernobyl supportent ainsi depuis 25 ans, dans l’indifférence générale, les souffrances dues à l’incorporation de faibles doses de radioactivité.

    Résultat de cet accord, l’OMS affirme encore, 25 ans après la catastrophe de Tchernobyl, que les radiations n’ont fait que 56 victimes. Entre 600 000 et un million de « liquidateurs » ont sauvé l’Europe en éteignant l’incendie du réacteur et en construisant le sarcophage. Plus de 80% d’entre eux sont malades. Ils meurent dans d’atroces souffrances, mais sont ignorés de l’OMS. Tout comme les millions de personnes qui, encore aujourd'hui, en Ukraine ou en Biélorussie, continuent de s'empoisonner chaque jour, sans le savoir. Il faudra 300 ans pour que les molécules radioactives de Tchernobyl disparaissent...

    L'OMS n'est donc pas fiable. Seuls, des laboratoires indépendants peuvent l'être, en déterminant les taux de radioactivité, et en communiquant les résultats exacts des analyses à la population.

    Et quand l'OMS ou l'AESA (Agence européenne de Sécurité Alimentaire) annoncent que le bisphénol A n'est pas nocif ou que les OGM ne présentent aucun risque, permettez-moi d'en douter ! Des accords similaires que ceux du nucléaire, passés avec le cartel pétrolier (production des plastiques) ou les multinationales agro-alimentaires (OGM) ne m'étonneraient pas du tout. Nous ne pouvons donc plus croire ces organisations (que nous finançons) et devons nous fier à notre bon sens, notre logique, notre instinct de survie. Tous des pourris...

    Terriens, il est temps d'agir...