2005

  • Grands Crus de Bordeaux 2005...

    J'ai eu l'immense privilège de me fondre dans la masse des négociants et importateurs de pinard, et d'assister à la présentation du millésime 2005 par l'Union des Grands Crus de Bordeaux à Autoworld. Excepté Cheval Blanc, Mouton-Rothschild et Yquem, membres d'honneur absents, la plupart des propriétaires étaient bien là. J'ai donc goûté le Domaine de Chevalier et le Château Pape Clément, en Pessac-Léognan, Château Gazin en Pomerol, Château Figeac en Saint-Emilion, Château d'Armailhac, Château Lynch-Bages et Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande en Pauillac, pour terminer sur le Château La Tour Blanche et le Château de Fargues en Sauternes. Et je n'ai plus eu le courage de goûter Gruaud Larose, Léoville Barton et Léoville Poyferré en Saint Julien. Trois remarques : il est très difficile de déguster des vins aussi jeunes, qui sortent à peine de barrique, et doivent encore se faire : ils sont tous très bons et fort semblables. Par contre, il est très agréable, et amusant de voir en chair et en os ces propriétaires, passionnés et désormais richissimes. Enfin, il faut bien se dire qu'avec les prix pratiqués, départ Château, ces Grands Crus de Bordeaux sont de moins en moins accessibles aux amateurs que nous sommes. Il y a une limite au-delà de laquelle une bouteille de pinard (car c'est cela, en fait) ne vaut plus le prix exorbitant demandé, quelque soit le plaisir qu'on éprouve en la dégustant. Mais rassurez-vous : il y a des Bordeaux moins chers, et il n'y a pas que Bordeaux !