élimination

  • Le lourd passif de l'industrie nucléaire... dont personne ne parle, sauf ARTE.

    Immerger des fûts de matières irradiées en pleine mer semble aujourd’hui scandaleux, mais cette technique a été par le passé considérée comme une forme de stockage scientifiquement justifiée : la radioactivité des déchets déposés à plus de 4 500 mètres de profondeur était censée s’éliminer par dilution. Il est désormais admis qu’elle ne fait que se répandre de manière incontrôlée.

    Dans quel état sont aujourd’hui ces barils, dont même les autorités ne connaissent pas la localisation exacte ? Thomas Reutter et Manfred Ladwig partent à la recherche de ces déchets engloutis, guidés par un ancien militant écologiste qui, à l’époque, a tenté de barrer la route en Zodiac aux bateaux chargés de fûts. Ils rencontrent des responsables politiques, des membres de Greenpeace et des scientifiques, à qui ils soumettent les échantillons prélevés.

    Ils mettent ainsi au jour un phénomène nié ou dissimulé, dont les conséquences nous échappent largement. Une problématique d’autant plus actuelle qu’alors même que le stockage en mer est interdit depuis 1993, il est toujours légal d’y rejeter des eaux contenant des radionucléides. Près des côtes d'Europe reposent ainsi plus de 100 000 tonnes de déchets radioactifs oubliés.

    C'EST CE SOIR, SUR ARTE : "Océans poubelles", un documentaire édifiant de Thomas Reutter et Manfred Ladwig (Allemagne 2013).

    Si vous le ratez, essayez quand même de le revoir : on reste scotché devant l'écran tellement tout ce qu'on y découvre est affolant. C'est à pleurer ! Comment ont-ils pu faire de telles choses, pourquoi tout cela est tenu secret, pourquoi les habitants des côtes ne sont pas prévenus des taux de radioactivité présents sur les plages et dans les poissons, et comment ils osent cacher au public les statistiques de leucémies infantiles, 10 fois plus élevées qu'ailleurs, sans parler des nombreux autres cancers qui frappent la population vivant à proximité de ces décharges sauvages de déchets nucléaires...

    Un fois de plus, merci au cartel nucléaire et aux milieux politiques et militaires qui les couvrent : une bande de fous, de menteurs et d'irresponsables !