Dégustation du lundi 168

Soirée Parkérisée, ce soir, avec pour thème : 90 +. A 4, notre 5 ème luron préférant boire autre chose ce soir.

Soit, avec un premier vin rouge à la robe pourpre et évoluée et au nez lacté et poivré. En bouche, très peu de fruits, de la verdeur et une concoction de bois... Ne vaut vraiment pas 90%...Au deuxième essai, une heure plus tard, le nez s'avère plus sympathique, mais la bouche est toujours austère et mord bien les gencives... Bourgueil "La Coudraye" 2009 de Yannick Amirault en Loire. 89% (Parker), à 20 euro.

Second flacon, à la robe rubis et au nez discret. En bouche, c'est bon, souple, sans boisé et tout en dentelle, sur une belle longueur de violette, de pruneau, et de cuir. Une heure plus tard, c'est un peu trop chaud, avec un manque de fraîcheur : Côte Rôtie Cote Blonde 2006 de R. Rostaing à Ampuis, qui travaille un peu à la bourguignonne. 94% pour ce flacon à 100 euro...

Suivant, à la robe noire et au nez de poivron. On est à bordeaux, en rive gauche.En bouche, c'est moderne et travaillé, avec une belle attaque et sur un peu de fruits. Enjoleur et technique, mais sans personnalité propre qui ressort. Une heure plus tard, au nez, on est sur un Saint Julien. La bouche est plus dense. C'est rond et souple, avec un rien de dilution. Grand vin de Léoville du Marquis de Las Cases 2001 en Saint Julien. 93% Parker et 150 euro la bouteille. Et vraiment aucun plaisir à boire ce vin.

Quatrième bouteille, à la belle robe rubis foncée et au nez bordelais parkérisé bois et vanille. En bouche, un fruit étouffé par le boisé trop massif, et une finale astringente. Une heure plus tard, il présente un plus beau nez, lacté, sur de la tomate confite, mais toujours cette finale matraquée par le bois ! Château Palmer 2002 en Margaux. 94% Parker et 140 euro... Ces 2 dernières bouteilles ne titillent plus les papilles, malgré leurs 10 ans d'âge. Quelle différence avec ces 1990 qu'on dégustait il y a 10 ans ! Et quel dommage...

Dernier flacon de la soirée, à la robe foncée et au nez épicé, frais et sanguin.. En bouche, c'est fondu, sur du fruit, avec de la fraîcheur et une bonne acidité qui subsiste jusqu'à la fin. C'est lacté, complexe, souple et retenu à la fois, sur de la framboise et des mûres. Une Syrah du nord ? Une heure plus tard, c'est toujours très très beau, avec du volume pris à l'aération, sur un beau fruité qui s'étend. C'est délicat et rond, plus intense que la Côte Rôtie, et plus au sud, malgré sa jeunesse. Clos Marie 2007, Cuvée Simon, Pic Saint loup en Coteaux du Languedoc. 93% Parker et 25 euro la bouteille. Quel plaisir !

Suite des aventures du Clos dans 2 semaines. En pleines Pâques.

Les commentaires sont fermés.