Dégustation du lundi 146

Et voilà, fin des vacances, et les dégustations du lundi qui reprennent. Au grand complet ce lundi soir, pour une rentrée où il a fallu retrouver ses marques...

Premier vin à la robe pâle et au nez assez spécial, vif mais riche, sur du citron niçois. Par contre, en bouche, c'est huileux, épais, mou comme un sirop. Il manque la tension et l'acidité. On est sur un muscat fait simplement. Et de fait : Muscat 2009 Château de Gaure en IGP Languedoc. Produit à 1.300 bouteilles. Une déception...

On passe aux rouges avec un deuxième flacon à la robe foncée et au nez de vin naturel, avec un côté animal et sauvage. La bouche est acide, âpre, sur de la prune, et longue. Heureusement elle s'assouplit à l'aération. L'un est dans le sud en Syrah, l'autre dans le nord en Pinot : Corral Nou 2004 Appellation Collioure contrôlée de Bruno Duchêne à Banyuls-sur-mer. 80% de Grenache et 20% de Carignan en biodynamie.

Troisième flacon à la superbe robe rubis, et au nez vanillé et bouchonné... Pas de chance pour les beaux petits fruits rouges présents en bouche : Le Pilou 2008 du Domaine Olivier Pithon en Vin de Pays des Côtes Catalanes.

Dernier rouge avec cette quatrième bouteille à la robe rubis et au nez plus classique de Cabernet, sur des notes d'élevage. En bouche, une petite note d'acidité, une petite note de verdeur, et une finale pas sur le fruit mais sur le bois, avec un côté asséchant en fin de bouche. Pas terrible : Château Figeac 2000, Premier Grand Cru Classé à Saint-Emilion. J'ignore où les dégustateurs sur le net trouvent dans ce vin "cette profusion de petits fruits rouges et noirs", mais ce n'est pas ici...

On augmenta alors le rythme en dégustant les 3 vins suivants en même temps.

Le premier à la robe cognac et au nez riche, de miel, d'amandes et de pommes avec un léger côté oxydatif, le second à la robe claire et au nez complètement oxydatif (vin jaune) et le troisième à la robe ambrée et au magnifique nez complexe et génial.

En bouche, le premier offre du raisin de Corinthe, avec un côté sucré mais sec, et avec de la vivacité : Cauhapé Petite Cuvée 1993 du Domaine Cauhapé en Jurançon. Pour le second, on est sur des noix et des noisettes. Ce n'est pas bouleversant, mais c'est bien ficelé, sans avoir la puissance des grands vins jaunes qu'on peut goûter : Vin de Voile 1996 de Robert Plageoles en Gaillac. Enfin, la bouche du troisième présente un bon fruité, une belle longueur et une belle vivacité, mais avec un nez comme celui-là, on s'attend à un grand vin ! Or, il y a quelque chose d'un peu mou, de trop simple, avec un manque de personnalité : Heissenberg 1995 Sélection de Grains Nobles de Rieling du Domaine Ostertag en Alsace. Decevant pour cette grande bouteille...

Lundi prochain, toujours à 5, nous allons nous concentrer sur de grands vins rouges. Et nous ressaisir... Bonne semaine à tous.

Les commentaires sont fermés.