Parfums mortels...

Toujours dans la même revue, les résultats d'une récente enquête de Greenpeace sur les parfums et eaux de toilettes... 36 parfums célèbres laissent derrière eux autre chose qu'une agréable fragance, puisqu'ils exposent leurs utilisateurs à des substances chimiques persistantes, suspectées de pénétrer le corps avec des effets graves pour la santé à long terme... Ils ont quantifié les esters de phtalates et les muscs synthétiques, contaminants reconnus du sang et du lait maternel. Sur les premières marches du podium : ETERNITY (Calvin Klein), IRIS BLUE (Melvita), et LE MALE (Jean-Paul Gaultier) qui laissent apparaître les niveaux les plus élevés du phtalate le plus prévalent, le diéthylphtalate, responsable d'une modification de l'ADN du sperme. POISON de Dior, justifie bien son nom puisqu'il dévoile pas moins de 6.268 phtalates ! Pour ce qui est du musc polycyclique, c'est WHITE MUSK (The Body Shop) qui arrive en tête des tests. Là aussi, des alternatives existent : adieu Dior, Chanel et Guerlain, et vive les parfums naturels : PATYKA, COMPTOIR SUD PACIFIQUE, ESTEBAN, AESOP, FARFALLA, et autres TAÏNOS, dont le mélange de fragances est si subtil que le mystère reste entier, et sans une once de chimie de synthèse... Tous les résultats sur le site de Greenpeace. Alors, on change ?

Commentaires

  • Je suis étonnée de trouver dans la liste des parfums mortels, Iris Blue de Melvita.

  • Et eskeu les Yves Saint Laurent et les CHANEL son toxiques ??

Les commentaires sont fermés.