• La liste des additifs alimentaires à éviter...

    Lisez les étiquettes et la composition des ingrédients, et boycottez ceux contenant un ou plusieurs de ces additifs. Vous ne vous en porterez que mieux !Additif alimentaire généralement répertorié comme dangereux (cancérigène ou autre) :E102, E110, E123, E124, E127, E131, E142, E154, E160, E163, E174, E210, E211, E212, E213, E214, E215, E216, E217, E218, E239, E249, E250, E251, E252, E620, E621, E625, E907, E926, .Additifs alimentaires à éviter :E120, E173, E175, E220, E221, E222, E223, E224, E225, E226, E227, E270, E290, E311, E312, E320, E321, E341, E403, E405, E407, E925, E951. Ferrocyanure de sodium, Ferrocyanure de potassium, Manganitrile de fer.Additifs alimentaires allergisants :E102, E110, E120, E123, E124, E125, E126, E330, E331, E332, E333.Additifs alimentaires contrariant la fixation de la vitamine BE220, E221, E222, E223, E224, E225, E226, E227.Additifs alimentaires élevant la cholestérolémie :E320, E321.Additifs alimentaires irritant pour le tube digestif :E220, E221, E222, E223, E224, E225, E226, E227, E460, E461, E462, E463, E464, E465, E466, E470, E471, E472, E473, E474, E475, E476, E477Additifs alimentaires qui ralentissent la digestion :E290, E338, E339, E340, E341, E450, E460, E461, E462, E463, E464, E465, E466, E470, E471, E472, E473, E474, E475, E476, E477.Additifs alimentaires qui provoquent une sensibilité cutanée :E311, E312, E330, E331, E332, E333.Additifs alimentaires suspects :E104, E122, E123, E124, E127, E131, E132, E141, E142, E150, E151, E171.Additifs alimentaires dont on ne doit pas abuser :E300, E301, E302, E303, E304, E310, E330, E331, E332, E333, E450, E460, E461, E462, E463, E464, E465, E466, E470, E471, E472, E473, E474, E475, E476, E477, E500, E507, E570, Glutamate de sodium.Et en alimentation bio :La législation pour l'alimentation biologique impose une norme beaucoup plus sricte. Peu d'additifs alimentaires sont autorisés. A noter qu'aucun de ces éléments ne figure dans la liste des additifs alimentaires que l'on peu considérer comme dangereux ou à éviter.Additifs autorisés en alimentation biologique :E170, E330, E333, E334, E335, E290, E296, E300, E306, E322, E330, E333, E334, E335, E336, E341, E400, E401, E402, E406, E407, E410, E412, E413, E414, E415, E416, E440, E500, E501, E503, E504, E516, E524, E938, E941, E948. Le problème, c'est qu'on ne va plus manger grand chose : il y en a partout !

  • Une tonne de CO2 par passager...

    Au sein de l'Union européenne, les émissions de CO2 provenant de l'aviation ont augmenté de presque 70% entre 1990 et 2002, tandis que le trafic aérien international s'est accru d'environ 14% en 2004. Pourtant l’aviation est encore à l’abri de toute réglementation sur son impact climatique. A titre d’exemple, un aller-retour Paris-New-York émet près d’une tonne de CO2 par passager et un voyageur émet environ 140 grammes de CO2 au kilomètre, contre 100 pour un automobiliste, qui, lui, s’acquitte d’une taxe sur le carburant… La taxe sur le kérosène n’a pas vu le jour, jugée trop dangereuse pour la viabilité économique de l'industrie du transport aérien. Cette situation devrait toutefois changer dans les prochaines années sous l’impulsion de la Commission européenne, qui a pour projet de faire entrer le transport aérien dans le système d’échange des quotas de CO2 (Kyoto). Car, même si le secteur ne représente encore que 3% des émissions totales de GES, les experts estiment qu’il atteindra 5% d’ici 2050. Un chiffre qui justifie pleinement son entrée dans le système d'échange de quotas, selon la Commission. Dans sa proposition annoncée en octobre 2005, elle suggère donc de plafonner les émissions de CO2 pour tous les avions au départ des aéroports européens et d'autoriser les compagnies à échanger leur éventuel surplus de crédits carbone sur le marché du CO2. Une limite des émissions serait fixée pour tous les vols au départ des aéroports européens et impliquerait un surcoût moyen de 9 euros par billet pour un vol aller-retour. Et devinez qui s'y oppose ? Les Etats-Unis, bien entendu ! Mais pendant combien de temps pourront-ils encore nier le réchauffement de la planète et le dérèglement du climat, eux qui sont de plus en plus touchés par des séries de cyclones ?

  • Fumée et particules...

    Voilà une étude française qui tombe au mieux pour les opposants à la cigarette : la qualité de l'air est "dangereuse" dans 42% des lieux publics en France à cause du tabac. Des relevés scientifiques indiquent que la France se situe au 6e plus mauvais rang derrière la Syrie, la Roumanie, le Liban, la Belgique et Singapour, selon cette étude du Centre international de recherche sur le cancer, basé à Lyon, et le Roswell Park Cancer Institute.L'enquête, menée dans 24 pays, a mesuré le nombre de particules fines principalement issues de la fumée de cigarette en suspension dans l'air de bars, restaurants, discothèques, mais aussi gares, aéroports, universités et hôpitaux. Le seuil de dangerosité de ces particules a été fixé à 250 microgrammes par m3 d'air, par l'agence américaine de protection environnementale. Dans 42,1% des 53 lieux testés en France, les mesures ont fait état d'un taux supérieur au seuil de dangerosité, avec un maximum de 2397 µg/m3 dans une discothèque parisienne. Mais ils oublient de dire que l'air est pollué par des milliers d'autres substances chimiques, et hautement cancérigènes, provenant des échappements, des industries, des incinérateurs, des plaquettes de freins (amiante), des traitements chimiques des champs, des aérosols, des produits ménagers, etc. Il est plus dangereux de rouler rue de la Loi fenêtre ouverte, que de fumer ! Donc, de toute façon on meurt : si pas du tabac, d'autres particules, pour lesquelles l'état ne fait rien pour en diminuer la concentration, soit parcequ'il se heurte aux lobbies industriels, soit parce que cela l'arrange ! Son but est quand même de nous faire travailler un maximum, puis de nous voir disparaître au plus vite pour ne pas devoir payer de pension (pourtant misérable)....

  • Les Asturiennes...

    Nous sommes allés déjeuner dans un resto fort sympathique : "Les Asturiennes", Rue St Laurent 1000 Bruxelles (pas loin du Musée de la BD). Qui pourrait penser que dans un coin si reculé et si difficile d'accès et si peu animé existe un restaurant espagnol (Asturien) si branché ? Décor sobre et épuré, contemporain, mais chaleureux. Personnel accueillant et souriant, carte atypique reprenant les spécialités de l'Asturies (coquillages, palourdes, oursins, merlu, ventrêche de thon blanc, et toutes une série de viandes bien de là-bas). C'est donc une cuisine espagnole de qualité qui vous est servie, traditionnelle et créative à la fois, avec une mise sur assiette recherchée et des produits de tout premier ordre. Dépaysement assuré car on déguste des mets et des accords inhabituels, le tout, arrosé d'un délicieux Tempranillo maison, servi dans des verres à vins très spéciaux (de là-bas aussi), déroutants au premier abord, mais auxquels on s'habitue très vite. Bref, de l'originalité et de la qualité à un prix tout à fait abordable ! Une adresse à retenir ! Cote : 8,5 / 10 .

  • Les pieds dans l'eau...

    Un climatologue de la Nasa a commenté le réchauffement de la planète qu'il étudie :"Cette montée du thermomètre fait que la Terre connaît la température la plus chaude de la période interglaciaire actuelle qui a débuté il y a environ 12.000 ans", a-t-il indiqué. "Les indices laissent penser que nous approchons de niveaux de pollution humaine dangereux" alors que les gaz à effet de serre comme le C02, le dioxyde de carbone, sont depuis les dernières décennies la principale cause du changement climatique, a mis en garde ce climatologue américain."Si le réchauffement atteint au total deux ou trois degrés Celsius, nous verrons probablement des changements qui feront de la Terre une planète différente de celle que nous connaissons", a-t-il ajouté. "La dernière fois que la planète était aussi chaude au milieu du Pliocène, il y a environ trois millions d'années, le niveau des océans était environ 25 mètres au-dessus de celui d'aujourd'hui, selon les estimations", a encore souligné l'expert de l'agence spatiale américaine. Ca, c'est prévu pour 2050. Les Pays-Bas et la Flandre seront les pieds dans l'eau chaude, infestée de méduses et autres requins... Quant à nous, à l'Altitude 100, on aura encore le temps de voir venir... Mais où allons-nous ?

  • Dégustation du lundi (4)...

    Me voilà de retour de notre dégustation hebdomadaire. Deux d'entre nous étant occupés à vendanger quelque part en Loire biodynamique, nous n'étions que trois ce soir. Raison de plus pour bien faire les choses... Premier vin à l'aveugle, un Puligny Montrachet 1er Cru " Les chalumaux" de Sylvain Langoureau en 2004. Pas mal du tout, avec une belle longueur. Les 2 autres étaient en Chassagne Montrachet 1998. Belle approche, à l'aveugle ! Suivirent un Pape Clément 1990 en Pessac Léognan, magnifique, concentré, et avec encore une très belle fraîcheur, et un Rausan-Ségla 1990 en Margaux, à la robe identique et aussi jeune que le précédent, mais avec un nez beaucoup plus "Sud", alcoolisé, de porto. On a dit Bordeaux pour le premier et Côtes du Rhône pour le second. Et 90 à 95 pour le millésime (moi j'étais plutôt en 96-98 vu la jeunesse de la robe et l'absence d'anneau rouille autour du verre). Bref, très belle dégustation et mauvais pronostics ... Il faut aussi avouer que l'on déguste de moins en moins de grands Bordeaux, et qu'ils sont donc de plus en plus difficiles à découvrir à l'aveugle...Et avouons aussi que, malgré ma réticence envers cette région vu le prix des flacons, ces Messieurs sont quand même très forts, et disposent d'un savoir-faire et de terroirs magnifiques !

  • La saison des champignons...

    Nous voilà en pleine saison des champignons : à nous les cèpes de Bordeaux, girolles, pied de mouton et autres trompettes de la mort. A essayer : ces 4 familles de champignons, cuisinés et cuits séparément, et assemblés au dernier moment sur un toast doré et croustillant. Un vrai régal ! Et pour celles et ceux d'entre vous qui allez à la cueillette, faites quand même gaffe de ne pas empoisonner votre famille (je ne rigole pas, cela m'est déjà arrivé avec de l'amanite phalloïde, que j'avais pris pour des champignons communs !). Par contre, je n'ai jamais goûté de l'amanite tue-mouche ( c'est celui avec un chapeau rouge-orangé, habillé de petites tâches blanches), qui provoque un état de pseudo-ébriété, suivi d'une phase de déprime (ça, c'est moins gai !), puis d'hallucinations, de crises hilarantes, plongeant ensuite l'intoxiqué dans un sommeil profond (avions ou pas avions). Mis à part l'épisode déprime, cela vaudrait la peine d'être essayé un jour... Mais il paraît, qu'en plus, on se réveille avec un terrible mal de tête ! On verra : en attendant, vive les cèpes !

  • La pêche au thon...

    Un arrêté du Ministère français de la Pêche et de l'Agriculture, paru hier, interdit la pêche au thon rouge dans la Méditerranée et l'Atlantique. Greenpeace, qui avait mené une campagne de sensibilisation sur ce sujet, avait violemment affronté les thoniers marseillais fin août.Les organisations écologistes comme Greenpeace et le Fonds mondial pour la nature (WWF) mais aussi les scientifiques estiment que l'espèce est en danger en Méditerranée en raison de la surpêche, ce que contestent les pêcheurs. En dépit de la baisse des captures officiellement déclarées depuis 1996, les prises continuent d'avoisiner 53.000 tonnes par an dans l'Atlantique Nord et la Méditerranée, selon les experts. Or la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique a imposé des quotas de 32.000 tonnes.Ce sont les japonais qui vont rire jaune : ce sont eux qui achètent la plupart des thons rouges en vente à Rungis, et sur les autres criées. Mais ne nous inquiétons pas trop pour eux : ils parviendront bien à acheter leur poisson favori dans une autre région du monde, où le pognon passe avant les quotas, et où les pêcheurs se foutent éperdument de la disparition des espèces... Pauvre petite planète, que vas-tu devenir ?

  • Avant l'aube...

    Et voilà, comme tous les samedis matins, me voilà réveillé par mes charmants voisins flamands de Zaventem ! Depuis 5H55, ils m'ont envoyé un avion toutes les 2 minutes : impossible de se rendormir ! Je peux vous confirmer que les vols vers Alicante,Antalya, Malaga, Ténérife, Agadir, Héraklion, Las Palmas, Rimini, Olbia, Ajaccio, Bodrum, Tunis, Fuerteventura, Rome,Santa Cruz, Frankfort, Lyon et autres Athènes, Corfu et Nice ont bien décollés ! Puisque les flamands veulent absolument disperser les vols au dessus de Bruxelles (qui est francophone à 90%), puisque nos politiciens du PS, du CDH et ECOLO ne jugent pas ce problème important et les laissent faire, il va falloir se débrouiller autrement ! Soit en votant pour une autre majorité le 7 octobre, soit en contactant le Hesbollah (il paraîtrait qu'ils ont encore 20.000 roquettes...). Je vais d'abord tenter la première solution. Mais une chose est sûre : je veux pouvoir dormir le samedi et le dimanche matins. La norme est de 25 dB, et j'en ai 80 ! Ce n'est plus possible ! Bruxellois, à vos bulletins de vote : ne nous laissons plus faire !

  • Avions, il faut savoir...

    Vous devez savoir qu'en fin de session au parlement bruxellois le 23 juin dernier, la résolution de Serge de Patoul (MR-FDF) demandant l'application des astreintes pour faire cesser les infractions a été rejetée par le PS, le cdH et Ecolo. Pour celles et ceux qui ne dorment plus, c'est bon à savoir, avant les élections... Ces partis portent très peu d'intérêt au problème crucial du survol de Bruxelles : leurs représentants ne doivent assurément pas habiter la région bruxelloise ! Il est aussi intéressant de constater que, par sa plaidoirie, un parlementaire flamand démoli les arguments de Serge de Patoul, et par la même occasion, l'arrêt de la Cour d'appel (qui condamne l'Etat belge à faire cesser les infractions constatées sous peine d'astreinte fixée à 25.000,00 euros par infraction) en criant haut et fort que Zaventem, c'est la flandre toute entière, et qu'il y a d'autres moyens de régler ce problème ! Quand je vous disais que le politique manipule le judiciaire, et contourne à sa guise les arrêts rendus... Bruxellois, il va falloir agir...

  • Il est interdit de...

    Je viens de recevoir gracieusement (élections oblige) de mon Bourgmestre "Le règlement général de police" de ma commune. 22 (chiffre logique pour les poulets) pages entières d'interdits ! Un régal ! Vous lisez cela et vous n'osez plus sortir, c'est moins dangereux ! Et même chez vous, faut faire gaffe : "il est interdit d'incommoder le voisinage par des fumées (adieu le BBQ), des odeurs (adieu les frites), des émanations quelconques (adieu le fumet de la soupe aux choux), ainsi que par des poussières (on ne secoue plus sa loque par la fenêtre), ou projectiles de toute nature (adieu le champagne), il est interdit de se livrer à des jeux ou exercices bruyants (adieu les galipettes), de réaliser tous travaux quelconques (adieu le Brico), de se rendre coupable de bruits ou tapages nocturnes (seuls les avions ont la permission), etc., etc. 22 pages d'interdits et d'amendes à la clé ! J'hallucine ! Et où est notre liberté, où peut s'exprimer notre joie de vivre ? Bientôt, il sera interdit de rire...

  • Alimentation toxique...

    Décidément, les nouvelles (Journal de 20H00 sur TF1) sont de moins en moins bonnes au niveau alimentation. Un labo indépendant vient d'analyser les 30 produits courants les plus achetés en supermarché. Pas de chance : 50% d'entre eux sont bourrés de produits toxiques, hautement cancérigènes, et à des doses qui font peur ! On y trouve des dioxines, des PCB, des molécules de retardateur de feu (que font-elles là ?), d'autres, produites par les usines de produits plastiques, et évidemment, les pesticides et autres produits pulvérisés par nos agriculteurs (non bio ) ! Notre petit corps contient déjà 20 fois la dose conseillée de dioxines (pour les bébés allaités, cela monte à 45% ! ). Même les fruits et légumes lavés en contiennent encore trop (le pire sont les pommes (et le jus de pommes), les pêches et les nectarines). Vous pensez vous faire du bien en croquant une pomme ? Vous vous empoisonnez ! Seuls, les produits bio ne contiennent aucune de ces saloperies, ni même des traces. Ami, choisis ton clan, ta santé en dépend ! Ou ne mange plus !

  • Fonte des glaces...

    De retour d'une expédition au Groenland, une équipe de scientifiques et d'écologistes de Greenpeace, affirment avoir constaté que les effets du réchauffement de la planète s'accélèrent au pôle Nord. L'étude des glaciers, notamment, révèle que leur fonte est beaucoup plus importante que prévu et qu'ils se déplacent de plus en plus rapidement.Le scientifique Gordon Hamilton se préoccupe particulièrement du cas du glacier de Kangerdlugssuaq. Il s'est retiré d'environ 5 kilomètres depuis 2001, alors que cela faisait 40 ans qu'il se maintenait dans une position stable ! Même évolution pour le glacier de Helheim: il s'est rétracté de 4,5 km depuis 2001. Sa position était demeurée stable depuis 1972. Il se déplace même tellement vite qu'un montage vidéo du glacier filmé pendant 8 heures permet de percevoir son mouvement !« Si nous avions encore besoin de nouvelles preuves sur la gravité et l'accélération du phénomène des changements climatiques, l'expédition de Greenpeace au Groenland cet été les a apportées », conclut Steven Guilbeault, directeur de Greenpeace au Québec. Il a pris part à l'expédition. En 25 ans, le pôle nord a perdu 30% de sa surface, et de nombreux trous d'eau et fissures apparaissent dans ce qui reste... La fonte des glaces, c'est l'avenir de notre climat : il serait temps qu'on respecte et applique enfin les principes de la Convention de Kyoto...

  • Obèse, gros, moche et malade...

    Je viens d'entendre sur TF1 que le nombre d'obèses augmente en France (donc en Belgique aussi !). En 9 ans, la France compte 64% de femmes et 40% d'hommes obèses en plus ! Et ces personnes souffrent évidemment de multiples maux, et sont les premiers à être touchés par les maladies cardio-vasculaires. Cette maladie de société touche toutes les tranches d'âges. Seuls semblent épargnés les mieux nantis, c'est à dire ceux qui ont du pognon, c'est à dire ceux qui peuvent s'acheter de bons aliments, c'est à dire ceux qui mangent bien. Mais peut-être que l'éducation de cette classe sociale y est pour quelque chose également : ils ont une hygiène de vie plus saine (du sport, pas de fast food, des aliments bio, manger moins, etc.). Mais faut-il vraiment être bien nanti pour interdire fast food et soft drinks à ses enfants, pour les empêcher de s'empiffrer devant la télé, pour leur faire faire du sport, pour leur apprendre le vrai goût des aliments sains et leur faire apprécier un bon repas cuisiné maison? Je suis certain que non ! Mais les parents d'aujourd'hui optent pour la facilité, ne remplissent plus leur rôle d'éducateur, laissent tomber les bras... Alors il ne faudra pas s'étonner des dégâts, du mal-être et de la courte longévité des futures générations... C'est con, non?

  • Dégustation du lundi (3)

    Me voilà revenu, sain et sauf, de notre traditionnelle dégustation à l'aveugle du lundi ! Surprise avec ce Mauzac nature (vin de table de France) de Robert et Bernard Plagioles à Gaillac : presque du cidre, avec plein de levures mortes. Seconde surprise avec un Sancerre "Les Monts Damnés" d'Henry Bourgeois 1975 : difficile à définir, à part un sous-sol calcaire. Puis, plus classique, un Condrieu 2001 "Clos Boucher" de Dellas, vin idéal pour accompagner des asperges. On monte encore d'un cran ensuite, avec une Côte Rôtie "La Landonne" 1993 de Guigal (8,5/10), et puis, avec un Pommard 1er Cru 1997 "Clos des Epeneaux" du Comte Armand, qui est un monopole (= seul propriétaire pour cette parcelle) : 9/10. Et on a terminé par un Nuits-Saint-Georges 2004 1er Cru "Clos des Argillières", vin biodynamique, que je trouve personnellement moins bons que les précédents, et que je voudrais bien boire plus vieux pour voir comment il évolue... Depuis bientôt 10 ans, nous nous émerveillons le lundi soir devant quelques flacons à découvrir. Et c'est chaque fois différent : le vin, le terroir, la région, la vinification, le vigneron, une même vieille bouteille débouchée en même temps, c'est chaque fois différent au nez, à la bouche, au goût. C'est cela la richesse, la biodiversité, l'anti-mondialisation : c'est cela qu'il faut préserver ! Quel plaisir, à chaque fois renouvelé !

  • Le Chablis de Jacquinot...

    Il y a une famille de viticulteurs à Chichée (à 2 Km de Chablis), dont j'apprécie fort le travail. Ils produisent un Chablis Premier Cru Vaucopin de tout premier ordre (à 8 euros cinquante), un Chablis générique et un petit Chablis. Chaque année, profitant d'une halte chez une copine qui habite la région, je leur rends visite et remonte à Bruxelles avec quelques douzaines de bouteilles. A chaque fois le père Jacquinot, immense gaillard fort sympathique nous fait déguster dans la cave son petit Chablis, puis son Chablis, puis son Premier Cru. Il ne fait que ça toute la journée, les clients et habitués n'arrêtant pas de débarquer... Son fils et sa fille s'occupent des vignes, et sa femme tient la maison. Nous venons de déguster son Vaucopin 2000, et ce fût un vrai régal : un vrai chablis comme le produisaient les anciens, au bouquet complexe et persistant, fin et élégant, avec encore une belle fraîcheur. Un rapport qualité prix sans pareil dans la région, une famille accueillante qui travaille dur toute l'année pour nous offrir ce nectar : n'hésitez pas à passer les voir si vous êtes dans le coin, vous ne serez pas déçus !

  • Dernier pastis de l'été ?

    Tout s'est passé comme prévu : c'était magnifique ! Nous avons débuté au pastis (Le pastis d'Henri Bardouin des Distilleries et Domaines de Provence : un pastis beaucoup plus parfumé que les autres Pernod, Ricard et Cie), peut-être le dernier de l'été ? Puis sommes passés à table pour déguster ce fameux bar de ligne et sa compote de fenouil : un régal ! Il est dommage que ce genre de poisson devienne rare, et donc cher, car c'est ça le VRAI poisson : une chair blanche, ferme et délicate, un goût fin et subtil et une texture magnifique rehaussée d'un petit beurre blanc citronné. C'était parfait. Nos enfants ne pourront plus goûter de tels poissons sauvages car ils n'existeront plus, ou coûteront une fortune. Ils devront se contenter de poissons d'élevage, au goût farineux et à la chair molle, de fish sticks à la composition douteuse ou de faux surimis reconstitués, encore pires ! Peut-être aussi que la gastronomie n'existera plus, faute de bons ingrédients et de produits de terroir, et que la population se nourrira de pilules et de gélules ? j'espère que non, mais il me semble qu'on y va tout droit !

  • Bar de ligne au fenouil...

    Demain, dimanche, journée sans voiture à Bruxelles (mais avec plein d'avions !), est un bon prétexte pour organiser diverses activités sportives en milieu urbain : randonnées, ballades à vélo, roller ou skate board dans des lieux inédits, sur le bitume pollué. Chacun son truc... Personnellement, j'ai décidé, d'organiser un dernier BBQ ! Je suis donc allé chez VDH acheter un superbe (vrai) Bar de ligne de 2Kg (vidé mais non écaillé) qui sera farci de branches de fenouil avant d'être grillé, tout simplement (et pas un filet de bar ou de loup du Lac Victoria, mou, pâteux et insipide, que nous devrions tous boycotter tellement c'est mauvais !). En accompagnement, une compote de fenouil, magnifique légume au goût légèrement anisé, et qui s'allie fort bien avec le Bar. Choisissez les pieds de fenouil femelles (plus fins et élancés que les gros pieds mâles) dont le goût est plus fin. Débitez-les en lamelles ou en cubes, et faites-les cuire doucement avec de l'huile d'olive. Quand ils sont cuits, ajoutez du sucre fin, de la fleur de sel et du poivre noir, et continuez à les faire fondre. Vous verrez, c'est un pur délice, et c'est un excellent légume qu'on utilise trop peu souvent (on peut même le manger cru en salade (coupé en fines lamelles). J'imagine déjà ce beau filet de Bar grillé au fenouil, accompagné d'un bon Bandol : nous serons en vacances, emplis de saveurs et senteurs du Sud ! Vivement demain !

  • Mets de l'huile...

    J'ai appris à consommer de l'huile d'olive lors d'un d'un tour de la Grèce à pied : les salades grecques baignaient dans un liquide doré au nez délicat et c'était délicieux. J'ai donc commencé à utiliser cette matière grasse dès mon retour, y compris pour des plats "à la crème" (aliments cuits à l'huile d'olive, et crème ajoutée en fin de cuisson). Puis, j'ai découvert une magnifique huile d'olive très délicatement parfumée provenant de Ste Maxime (1ère pression à froid d'Olivier Thierry, Domaine de la Pierre Plantée). Cette huile fût, plus tard, élue meilleure huile d'olive française à plusieurs reprises au Concours général de Paris, ce qui me réconforta dans mon choix... Et c'est donc avec cette huile que je cuisine toute l'année, avec grand plaisir. Jusqu'au jour où des invités m'offrirent un petit flacon (style bouteille de parfum) "Lacrima d'Oro" de Carole Bouquet, huile d'olive produite en Sicile... Là, nous sommes tombés en admiration devant ce petit nuage d'huile d'olive, velouté, vaporeux, subtil, d'une finesse de goût incomparable, d'une légèreté sublime, parfaite ! C'est, à mes yeux, le summum de ce que l'on peut produire. Hélas, elle coûte horriblement cher, bien que 3 petites goûtes suffisent à aromatiser un plat ! A goûter au moins une fois dans sa vie, pour ne pas mourir idiot...

  • Les boîtes aux lettres...

    Comme d'habitude, en septembre, nos boîtes aux lettres, relativement épargnées durant l'été, sont à nouveau assaillies de dépliants publicitaires divers et de folders, qui s'ajoutent, cette année, aux dépliants et tracts électoraux de tous genres. Bref, des kilos de papiers que nous transvasons directement, sans les lire, dans nos poubelles, pour être recyclées... Quel non sens, quelle absurdité, quel gaspillage ! Combien d'arbres abattus, de forêts dévastées, d'énergie consommée sur l'autel du Dieu tout puissant de la Publicité ? Boycottons ce gaspillage en indiquant "NO PUB" sur nos boîtes (j'y ajouterais bien "NO FACTURES"!), et demandons que soient taxés ces pollueurs sans scrupules, qui ne travaillent même pas sur du papier recyclé ! Boycottons également ces tracts électoraux, qui renferment les mêmes promesses jamais tenues et qui n'offrent à l'électeur que nous sommes, aucun choix de changement radical et de nettoyage absolu de tout ce petit monde corrompu bien en place et indévissable...

  • Riz long grain contaminé...

    Et voilà : depuis janvier 2006, des paquebots entiers débarquent sur l'Europe des cargaisons entières de riz long grain US. Pas de chance : en août, les américains préviennent les européens de la présence d'un OGM LL601 (mis au point en 1998 et testé aux USA jusqu'en 2001, sans ne jamais avoir été commercialisé) dans les cargaisons. Merci à Aventis, racheté depuis lors par Bayer (histoires de monopoles et de gros sous), qui auront quand même de la peine à expliquer comment l'OGM LL601 parvient à contaminer des récoltes entières 5 ans après ne plus avoir été testé... Heureusement que cet OGM, interdit en Europe, et dont la dangerosité est inconnue, a été détecté en France, en Suède et aux Pays-Bas. Depuis lors les paquebots font demi-tour. Bien essayé Bayer, bien essayé l'Oncle Sam, mais Greenpeace veille au grain... Et la vieille Europe n'est pas encore prête à avaler vos saloperies... En attendant, dégustons du risotto bio, c'est moins dangereux...!

  • Journée mondiale de la biodiversité...

    La journée mondiale de la biodiversité a été l’occasion de rappeler l’indispensable préservation des écosystèmes et des ressources naturelles. L'Union mondiale pour la conservation de la nature estime qu’au moins 16 000 espèces sont menacées d'extinction. Par ailleurs, le réchauffement climatique a entraîné la disparition de 30% des récifs coraliens, déjà fortement touchés par la surpêche et la pollution, tandis que la diversité des espèces de poissons a diminué de 50% dans les zones les plus durement touchées. La Liste rouge des espèces menacées 2006 met clairement en lumière le déclin permanent de la biodiversité mondiale et l'impact de l'humanité sur toutes les formes de vie de la planète. Et les échéances s’apprécient désormais à court terme, puisque les experts entrevoient des conséquences directes sur la vie humaine d’ici 35 à 40 ans. Les anthropologues, écologues, biologistes et économistes qui ont travaillé pour cette vaste étude observent que les 50 dernières années ont été les plus consommatrices de ressources naturelles pour répondre aux besoins humains en nourriture, en eau douce, en bois, en fibres et en combustibles. 60 % de l'augmentation de la concentration de gaz carbonique dans l'atmosphère s'est produit depuis 1959, et plus de terres ont été mises en culture depuis 1945 que pendant les 18ème et le 19ème siècles réunis.On s'émeut de l'épuisement des ressources énergétiques, mais on néglige la destruction des écosystèmes. Terriens, je vous le répète : il est temps d'agir... Et consultez le site Novethic.fr, on y apprend plein de choses...

  • Dégustation du lundi (2)

    Aujourd'hui, lundi, je rentre de ma dégustation hebdomadaire. On a eu droit à du bourgogne d'Amiot Servelle "Derrière la Grange" en 97 et 98. J'avais été fort déçu par "Les Amoureuses 1990" il y a quelques temps, et n'avait rien dégusté de transcendantal chez lui, au fût. Ce vigneron qui était bio depuis 1999, vient de passer en biodynamie, et rejoint donc le cercle très fermé des amis de Nicolas Joly (La Coulée de Sérant). Ces 2 vins bus ce soir ne me rappellent en rien les grands bourgognes dégustés avec mon grand père : ils sont assez légers, avec peu de matière et une robe claire. Ils sont ronds et fondus (pour le 97) et un peu plus dur (pour le 98). Ils sont gouleyants et agréables à boire mais sans plus. A 30,00 Euros la bouteille, achetée là-bas, je trouve cela assez décevant... Ce qui ne me réconciliera pas avec les Bourgognes, région très compliquée à appréhender tellement elle est morcelée, tellement on s'y perd dans les appellations, tellement il y a de vignerons différents pour une même appellation, et tellement il est difficile, si pas impossible, de sortir SON bon bourgogne au bon moment, tellement le vin évolue de façon instable en bouteille au fil des mois et des ans... Compliqué, tout ça !

  • 2.000 visiteurs en 30 jours...

    Mercredi prochain, le 13 septembre, cela fera exactement un mois jour pour jour, que ce Blog aura été créé. Et 2.000 personnes seront déjà venues y jeter un oeil (1.900 aujourd'hui). J'ignore si c'est un bon score ou pas, et en fait, je m'en tape complètement. Par contre, j'espère que le contenu des articles vous plaît, que mes prises de positions tranchées vous interpelle, et que vous changerez peut-être vos habitudes alimentaires grâce à moi... auquel cas j'aurai gagné -et vous aussi- car on a tous à y gagner ! Bref, du fond du coeur, je vous remercie toutes et tous de consulter ce Blog et continuerai à faire mon possible pour l'alimenter en articles honnêtes, justes, vrais, authentiques sur tous ces sujets qui nous concernent tous, et devant lesquels nous ne pouvons faire l'autruche : nous nous devons de réagir, de modifier nos comportements et de le faire savoir. Bonne soirée et encore merci !

  • Démocratie, quelle démocratie?

    Il paraît que nous vivons en démocratie. Mis à part le fait que nous sommes tous contrôlés, et devons faire face à un tas de règlements, de mesures et d'interdictions réduisant notre liberté à une peau de chagrin, il y a beaucoup plus grave encore : des affaires comme celle qui touche aujourd'hui l'extrême droite et l'armée me rappellent furieusement l'affaire des "Tueries du Brabant Wallon", dont l'enquête n'a jamais rien donné. Beaucoup savent que c'était le fait d'une unité spéciale de la Gendarmerie (liée à l'armée, à l'époque), et qui, elle aussi, voulait déstabiliser la Belgique et son gouvernement. Il est surprenant de remarquer comment des enquêtes aussi importantes ne mènent à rien, même après tant d'années... Cela signifie qu'il y a eu des pressions du politique sur le judiciaire, que certaines personnes ont tout fait pour étouffer l'affaire, que des juges ont été achetés, que les auteurs ont bénéficié de protections haut placées... Ce qui confirme ce que nous savions déjà tous : les systèmes "démocrates" de notre société sont corrompus jusqu'à la moelle ! Et début octobre, il nous faudra aller élire ces marionnettes qui nous dirigent (mais surtout, qui avec leurs combines de tout genre, s'enrichissent personnellement sur notre dos). J'ai vraiment envie de ne plus aller voter, tant je suis dégoûté. Et de toute façon, cela ne changera rien : ils ont le pouvoir et s'y accrochent comme des chiens à leur os. Beurk...

  • Le vrai gratin Dauphinois...

    On raconte que je cuisine fort bien. C'est possible, bien que je n'ai jamais ouvert un livre de cuisine. Je suis autodidacte ! Et comme j'adore bien manger -c'est un des plaisirs terrestres- j'ai commencé à sévir en cuisine vers mes 15 ans. J'ai fort vite remarqué que si on travaillait avec des aliments de qualité et hyper frais, il y avait déjà de fortes chances que ce soit réussi ! Par contre, avec du mauvais, on ne peut faire que du mauvais, ou encore pire... Je viens de mettre au four un gratin dauphinois maison. C'est très simple : quelques bonnes pommes de terres assez grosses, débitées en tranches de 4 mm et séchées dans un essuie, et dont vous tapissez le fond d'un plat à gratin. Un peu de vraie crème fraîche épaisse (et pas un truc allégé à 25% de matières grasses !), quelques fines lamelles de vrai Comté fermier ou de Tomme de Savoie (et pas un machin pré-emballé de votre GB !), quelques lamelles de gousses d'ail frais (et pas de l'ail en poudre !), un peu de fleur de sel de Guérande et quelques tours de moulin de poivre noir. Et puis vous passez à la seconde couche, en faisant de la même façon, et ainsi de suite jusqu'à la couche supérieure, sur laquelle vous mettez un peu plus de fromage. Il faut vérifier qu'il y ai assez de crème (jusqu'au 3/4 du plat) pour qu'il ne soit pas trop sec. 45 minutes plus tard (piquez avec une fourchette pour vérifier la cuisson) vous avez un petit plat magnifique, onctueux, parfumé : à tomber par terre ! Et c'est si simple...

  • Le miel des villes...

    Un copain m'a raconté avoir rencontré un apiculteur qui vient déposer ses ruches aux abords et dans Bruxelles ! La raison est que les jardins bruxellois contiennent une multitude incroyable de variétés différentes de plantes et de fleurs, et que le miel issu de ces jardins est délicieusement parfumé. Il avance aussi le fait que les bruxellois n'utilisent pas de produits toxiques dans leurs jardins, et que ce miel est donc beaucoup plus sain que celui des campagnes, où nos chers fermiers et agriculteurs, aidés par Monsanto et consorts, aspergent leurs champs et cultures diverses de traitements chimiques tout au long de la belle saison. Ces produits systémiques (qui pénètrent dans toute la plante) qui sont toxiques et hautement cancérigènes laissent évidemment des traces dans les produits finis que nous consommons, y compris dans le miel de ces pauvres abeilles... Seul, le miel de montagne est encore supérieur au niveau qualitatif, à condition que les ruches ne soient pas déposées dans les parages d'un incinérateur, comme à Bourg St Maurice dans les Alpes, qui pendant 20 ans, a craché de nuit des tonnes de dioxine qui se sont répandues dans les vallées avoisinantes, contaminant tout sur leur passage, y compris les habitants qui pensaient vivre à l'écart de la civilisation et de la pollution...et qui soignent aujourd'hui leurs cancers ! Un scandale. Un de plus...

  • 1911

    La soirée d'hier m'a laissé un léger mal de tête, encore présent, malgré la qualité des boissons ingurgitées. L'abus nuit en tout et les mélanges aussi, c'est bien connu. Bref, je ne suis pas en grande forme, d'autant plus que 4 heures de sommeil, ce n'est pas assez pour moi. Ceci dit, j'ai eu l'occasion de discuter longuement avec un très vieux Monsieur, né en janvier 1911 (soit 95 ans au compteur !), et en pleine forme le gamin ! Il faut l'entendre juger nos politiciens actuels (qui sont nuls, corrompus, et qui ne recherchent que l'enrichissement personnel), critiquer notre société actuelle (où tout est de plus en plus contrôlé, interdit, verbalisé, réglementé, nous privant de liberté), être effaré du nivellement par le bas (de l'enseignement, de la culture, des programmes télévisés), critiquer ces hordes de touristes qui ne consomment rien (et qui envahissent en masse des contrées entières dont les commerces locaux disparaissent ou s'adaptent en vendant des crasses ), vanter le bouddhisme, seule philosophie acceptable, et se révolter farouchement contre bien d'autres choses encore... Un monument, ce Walter... Il devrait écrire ses mémoires et faire entendre sa voix !

  • Ce soir, on se tape la cloche...

    Ce soir, on est invité chez un pote bon vivant, qui profitant de l'absence fort momentanée de sa chère et bien-aimée, organise pour ses amis une orgie gastronomique arrosée comme il se doit. Je viens de recevoir le menu qui parle de coeurs d'artichaut farcis façon Alain Ducasse, de très grosses soles meunières au citron de Menton, de filets purs irlandais et argentins, sauce aux 3 poivres et gratin dauphinois, suivis d'une série impressionnante de fromages affinés (dont plusieurs à l'alcool) pour achever avec des crêpes flambées à la Mandarine Impériale Millénium...Concernant les bouteilles, il annonce du Champagne Bruno Paillard 1995, du Chablis Pic 1er 1990 en 1er cru, du Rausan-Ségla 1990, suivi d'un Hermitage La Chapelle 2000 et d'un Clos Sainte-Hune 1999 et encore d'un Pernand 1er Cru les Vergelesses 2003. Après cela, si on est toujours debout, il nous fera goûter son Calvados Domfrontais d'Isidore Lemorton "Rareté", sa Très Vieille Prune du Château Mouton-Rothschild. Et il compte nous achever avec un Rhum Agricole Trois Rivières 1977 et son redoutable Armagnac Laubade 1950. Ce qui est sûr, c'est qu'on va passer une grande soirée. Ce qui est certain aussi, c'est que je ne serai pas bien demain matin ! Mais un peu de folie de temps en temps, cela fait du bien !

  • GlaxoSmithKline, monopole & Cie

    C'est fou de voir comme nos politiciens peuvent être influencés par les lobbies industriels et pharmaceutiques... à croire qu'ils touchent des pots de vin ! Non, ils sont trop intègres pour ça ! Bref, GlaxoSmithKline, laboratoire pharmaceutique américain a décidé d'investir à Wavre. Le chantier en cours a été stoppé net il y a quelques temps, car l'Etat Belge avait osé commander à l'étranger, chez un concurrent moins cher, les vaccins anti-grippe de l'hiver passé ! S'en suivirent des réunions diplomatiques au plus haut niveau, afin que la Belgique garantisse un chiffre d'affaire à GSK, faute de quoi il investirait ailleurs ! Cela s'appelle du chantage. Les travaux ont bizarrement repris et sont aujourd'hui en voie de finition, et curieusement, on apprend que l'Etat Belge rembourse dorénavant tel vaccin GSK pour les enfants, que le vaccin anti-grippe de cet hiver provient, comme par hasard de GSK, etc, etc, etc...! Quel monde pourri, dirigé par les multinationales et le pognon ! Ce sont elles qui dirigent dorénavant le monde, plus nos petits politiciens corrompus pour qui nous allons encore devoir aller voter, sans que cela ne change quoique ce soit ! Des moutons, nous sommes tous des moutons...